19 Février 2019.

Trop, c’est trop !

« L’océan a toujours été à nos portes, depuis que le monde est monde, depuis que le sable recouvre nos plages, depuis que Segosa s’appelle Mimizan, et même avant » éructe, tonitruant, l’édile de la ville. « Cela va même plutôt mieux ! »

« Il faut en finir en 3 points : bétonner, bétonner, bétonner !!! » continue de marteler, la voix grave, un brin chaleureuse et protectrice, de l’élu.

Appuyé dans sa mission : les rois du béton et la fine équipe de Bussy-Saint-Georges. Viendraient en renfort une certaine banque et le cabinet d’avocats GB2A. Juin 2017, les honoraires de ce dernier se seraient déjà élevés à 500 000 euros. Quand on aime, on ne compte pas (du moment que ce soit l’autre qui paie).

Mais au préalable, à l’instar des russes, Mr notre cher maire de Mimizan veut lancer une mission lunaire pour mettre fin aux théories du complot (source).

La terre vue de sa lune (est-ce la sienne ?)

Car depuis sa lune, la perspective est très différente et de nous montrer fièrement la preuve par l’image.

La Terre vue de la Lune, le 12 octobre 2015. — Nasa

« Voyez, il n’y a que le pôle Sud qui a les pieds dans l’eau et même si la Terre avait la tête à l’envers (oui, d’après les dernières publications scientifiques, l’inversion des pôles serait en cours, il est important de demeurer informé quand on gère une ville de complotistes), Mimizan ne serait pas atteinte ! Les vagues sont un peu sombres mais il faisait nuit ou, peut-être, s’agit-il du dégazage d’un pétrolier ? C’est inadmissible, tous ces pollueurs ! ».

La seule action possible : le bétonnage

Il faut y aller fort ! A commencer par l’arrière-dune fragile, la plus proche de l’océan et les fameuses parcelles du parking des camping-cars, des voitures (T111) et l’héliport (T002).

Soyons réalistes : une mission sur la lune ne se finance pas avec un livret d’épargne de la poste (cf. conditions).

Première étape : dilapider la fortune de la ville

Pour accomplir la tâche, il suffit de choisir l’un de ses amis (oups, ça nous a échappé, vous couperez au montage ?) qui, bien que vivant sur Mimizan où certains de ses commerces demeurent sur la plage, ne se serait rendu compte de la création d’un parking sur l’un de ses terrains, qu’au bout de dix ans. Le terrain en question se trouve en bordure de courant et est inconstructible. C’est ballot pour un promoteur. Mr le Maire, ne pouvant laisser son ami dans le désarroi, lui proposa de le dédommager avec ??? Vous suivez ? Plus d’un hectare de terrain en pied de dune, dont une partie, l’héliport, classée d’utilité publique (DUP). Nous attendons d’ailleurs les résultats de l’enquête publique car l’hélistation n’était pas concernée par celle du mois de Septembre 2017.

Deuxième étape : délivrer un permis de construire dont on cache l’existence

Mieux vaut prévenir que guérir et anticiper le comportement du complotiste est la clé de la réussite car qui sait, s’il avait la fâcheuse idée de déposer un recours ? Ne nous voilons pas la face, bon nombre de points, portant lieu à recours, sont présents.

En attendant, voici une autre preuve par l’image

Petit cabanon, abritant le Saint-Graal, vu depuis la voie publique, le 11/02/2019

11/02/2019 : PC vierge depuis plusieurs semaines d’après les témoignages

Il existe bien un article de loi, du code de l’urbanisme, qui réglemente l’affichage d’un permis de construire mais si l’on se met à respecter la loi, on perd du temps et il ne faudrait pas dépasser les limites des bornes (cadastrales), non plus !

La bonne nouvelle, pour les citoyens qui ne veulent pas voir l’aire bétonnée et qui n’ont pas eu connaissance de la délivrance de ce permis – faute d’un affichage réglementaire : lisible et visible depuis la voie publique – c’est que le Conseil d’Etat a rendu plusieurs arrêts concernant les délais de recours qui ne courent plus. Vous avez donc autant de temps que vous voulez, jusqu’à un an après la fin des travaux, si vous souhaitez agir (dans ce cas ultime, vous pouvez alors demander la démolition du bâti). Exit l’article 600-2 du Code de l’Urbanisme.

Sibylline océans a rédigé un petit courrier amical à Mr le maire, le 14 Octobre, avec copie au bénéficiaire présumé, l’oracle du service de l’urbanisme n’ayant délivré son précieux message, et voici ce qu’il en a résulté le 19 février 2019

Le Jeu des 7 différences ou le double effet kiss cool

Monsieur le Promoteur, si tu veux nous la faire à l’envers, fais-le intelligemment, s’il-te-plaît !

Cela nous a apporté l’information que notre petite missive a bien été lue, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Et cela va également nous informer sur l’honnêteté de l’huissier de justice. Tout arrive qui sait attendre…

A titre informatif, lorsque vous souhaitez faire établir un constat et que vous préférez ne pas faire appel à un huissier, pour x raisons, il vous faut réunir plusieurs témoignages (au moins trois) à l’aide de ce cerfa n° 11527 à remplir, accompagné de la pièce d’identité du témoin et de photos, éventuellement. Ce sont les pièces admises par les autorités judiciaires. En l’espèce, les personnes qui auraient constaté des choses étranges sur les parcelles des camping-cars peuvent nous envoyer leurs témoignages à cette adresse : contact @ sibylline.org (tout attaché). Il faut avouer que nous ne sommes pas au bout de nos surprises avec la destruction d’espèces protégées :

Restes de bestiole, selon les propres termes du DGS

Quand vous trouvez cette partie détachée de l’animal, il est alors plus que probable que ce dernier ne soit pas au mieux de sa forme.

Les buissons de la T111 ont été recouverts de sable alors que le résultat de l’enquête publique n’était toujours pas connu. Ces buissons abritaient des refuges de hérissons, espèce protégée au niveau national en vertu de l’article 2 de l’arrêté du 23 avril 2007 portant modification de l’arrêté du 17 avril 1981. Ainsi, l’article L 415-6 du Code de l’Environnement prévoit que toute destruction d’espèce protégée en bande organisée sera passible de la sanction pénale de sept ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende.

Sinon…

Késako ? Des hydrocarbures ?

Fin du premier épisode de la saga des complotistes, la suite un peu plus tard. En effet, il nous reste à vous parler des recettes de l’ancien camping municipal, des malfaçons du casino à la charge du contribuable et d’une certaine parcelle, rue des Motteux, qui fait également l’objet d’un futur bétonnage. BIBArp eu lou lap !

See you 😉

MAJ 20/02/2019 : ils ont posé une caméra hier soir (qui ressemble fort à un leurre), ont déterré le buisson qui cachait le panneau, ont posé une plaque de plexiglas par-dessus et l’huissier est passé cet après-midi… sauf que tout ça, c’était le 19/02, que nous sommes le 20, donc que les deux mois continus n’ont pas été respectés. On ne repart pas de zéro comme bon vous semble, certaines règles sont à respecter en la matière. Nous sommes en train de dérusher et c’est fou ce que l’observation de la faune sauvage peut apporter comme information. Sinon, la licéité de la preuve, vous connaissez ?

Publicités

Photo des produits alimentaires jetés dans les poubelles du supermarché Leclerc de Mimizan-Plage (Landes) – Georges Gobet – AFP

7 Février 2019. Après le tollé lié à la découverte des invendus Leclerc javellisés, nous craignions être désignés par cette enseigne comme le Judas idéal. C’est désormais chose faite ! La raison en serait nos commentaires sur deux ou trois quotidiens en ligne et Twitter, qui n’ont visiblement pas été bien lus. Lire la Suite…

Ce montage donne un aperçu d’un éventuel sanctuaire. Image presse canadienne

30 Janvier 2019. Un organisme américain de protection des animaux fait la tournée des localités côtières de la Nouvelle-Écosse dans l’espoir de trouver une communauté qui souhaiterait devenir une « maison de retraite » pour baleines et dauphins élevés en captivité. Lire la Suite…

30 décembre 2018. La fin de l’année est à nos portes et avec elle, son bilan de destruction de la biodiversité marine grâce à nos impôts français et européens. Lire la Suite…

L’île de Sable est une bande étroite de terre de 42 km de long, à 300 km des côtes de la Nouvelle-Écosse. Photo: Radio-Canada / Robert Short

Vendredi 14 Décembre 2018. Une coalition de groupes qui représentent des environnementalistes, des pêcheurs et le secteur du tourisme condamne l’ouverture de zones à proximité de l’île de Sable à la prospection gazière et pétrolière. Lire la Suite…

Crédits : Pixabay / Decokon

Mercredi 9 novembre 2018 (Brice Louvet). Des chercheurs chinois travaillent actuellement sur un moyen de dissimuler des messages secrets dans les impulsions sonores émises par les cachalots. Les détails de l’étude sont publiés dans IEEE Communication Magazine. Lire la Suite…

Publié par : Sibylline | novembre 5, 2018

Pollution sonore : les dauphins réduits au silence

Des dauphins.• Crédits : George Karbus Photography – Getty

5 Novembre 2018 (Pierre Ropert). Les océans ont cessé d’être silencieux. A en croire une étude publiée dans le journal « Biology Letters », les navires sont si bruyants que les dauphins sont contraints de communiquer moins efficacement : leurs sifflements sont de moins en moins complexes. Lire la Suite…

Des agents de la métropole, de la sécurité civile et des marins-pompiers de Marseille nettoient la plage de Sormiou dans le Parc National des Calanques. LP/Marc Leras

2 Novembre 2018 (Marc Léras). Après le Var, cette pollution probablement issue de la collision entre deux navires au large de la Corse le 7 octobre dernier, a commencé jeudi à toucher le rivage en plein Parc National. Lire la Suite…

Publié par : Sibylline | novembre 2, 2018

Le MPO s’attaque à la pêche fantôme (Québec, Canada)

La lutte contre les engins de pêche fantôme a comme objectif d’éliminer l’équipement de pêche abandonné dans l’océan et de prévenir la perte d’engins de pêche. –Gracieuseté

2 Novembre 2018 (Jean-Marc Doiron). Le gouvernement fédéral s’est engagé à réduire le nombre d’engins de pêche à la dérive dans les fonds marins, mais une mesure de protection des baleines noires pourrait provoquer une hausse des pertes de casiers dans les eaux canadiennes. Lire la Suite…

@GREMM

1er Novembre 2018 (Marie-Eve Muller). Peut-on vraiment évaluer les impacts sur les bélugas du Saint-Laurent d’un projet qui augmentera le trafic maritime sur le Saguenay à la pièce, sans prendre en considération l’ensemble des projets de développement ? Lire la Suite…

Older Posts »

Catégories