Publié par : Sibylline | mars 27, 2019

Hérault : des boues noires, extraites du port de Valras-plage, rejetées dans l’Orb

Toute la journée, une boue noire est rejetée dans l’Orb. Pierre Saliba

27 Mars 2019. Depuis lundi 25 mars, une opération de nettoyage drague le fond du port de Valras-plage. Problème : tout est rejeté à quelques mètres de là, dans l’Orb.

Pour le moins, cela inquiète. Depuis lundi 25 mars et jusqu’à vendredi, une drague est en train de nettoyer le port de plaisance de Valras. Une entreprise a été missionnée par l’Agglo Béziers-Méditerranée pour réaliser ces travaux.

Un spectacle peu ragoûtant

Une excavatrice remue le fond du port aspire les boues noires et les rejette…dans l’Orb à tout juste quelques dizaines de mètres de là.

Le spectacle est étonnant, un énorme tuyau court le long du quai puis se dresse en l’air pour mieux répartir son rejet.

« L’entrée du port est bouchée, assure un salarié de la société de nettoyage. Nous devons enlever environ 1,5 m de sable pour que les bateaux passent en toute tranquillité. Nous n’allons pas nettoyer tout le bassin, mais les travaux vont durer jusqu’à vendredi. »

Odeurs de vase et liquide noir

Face à l’évacuation des boues, il y a par moments une forte odeur de vase qui se dégage. Passe encore ! Mais le liquide qui trouble un peu plus l’eau de l’Orb est totalement noir.

« Nous, on pêche là, assure un homme l’air dépité. Quand je vois ça, je vous assure que cela ne donne pas envie de manger du poisson. C’est dégueulasse de faire un truc pareil. Et puis dans quelque temps, c’est sur la plage qu’on va retrouver tout ça. Personne n’a réfléchi avant de lâcher ça dans le fleuve ? »

Pour l’Agglo, un chantier « classique »

Du côté de l’Agglo qui à la gestion des éléments portuaires du territoire de la Cabem et de Viaterra qui est en charge du suivi de ce chantier on se veut rassurant. « C’est un chantier tout ce qu’il y a de plus classique, normal. Nous le renouvelons régulièrement afin que les bateaux ne soient pas gênés dans leur circulation dans le bassin du port. Nous enlevons du limon naturel du fleuve qui se dépose à l’entrée de la passe pour le rejeter dans son milieu d’origine, l’Orb. Cela n’a rien d’alarmant et cela fait partie des opérations courantes pour l’entretien d’une telle infrastructure. Les boues, même si elles ont un aspect peu ragoûtant ne sont pas du tout toxiques. Finalement c’est une opération qui est réalisée à titre préventif avec de petits volumes de sédiments qui sont pompés et rejetés dans la nature. Les courants emportent tout ça vers le large. »

Des analyses d’un laboratoire indépendant

Florence Taillade, la vice-présidente de l’Agglo en charge du tourisme a précisé : « Nous avons fait réaliser des analyses des boues par un laboratoire indépendant. Elles étaient bonnes. Nous n’atteignons pas les seuils critiques. Donc nous avons eu l’autorisation de déverser les sédiments dans le fleuve. Cela faisait trente ans que nous ne l’avions pas fait à Valras contrairement aux autres ports du secteur où c’est bien plus régulier. Des zones ont été déterminées pour rendre plus de profondeur au bassin, mais tout ne sera pas touché. C’est un port qui est bien protégé du fleuve et tous les sédiments rejetés sont volatilles et vont se disperser dans la nature. »

Ndlr Sibylline : lorsqu’une entreprise avance les résultats d’analyse d’un laboratoire indépendant, les seuls chiffres avancés ne signifient pas grand chose à eux seuls. En effet, la stratégie d’échantillonnage (prélèvements effectués en plusieurs points représentatifs de la pollution) et la méthodologie (mode de prélèvement, conservation des échantillons, etc…) sont tout aussi importants. En résumé, si les citoyens veulent savoir ce qui se cache derrière des résultats en dessous des seuils autorisés, il vaut mieux demander les feuilles d’analyse du dit laboratoire plutôt que de se contenter du service communication de l’entreprise, de l’agglomération, etc… Il peut y avoir des surprises, nous en savons quelque chose avec l’entreprise papetière Gascogne papier qui rejette ses déchets dans l’environnement (océan, champs cultivés, forêt).

Rejet des boues de dragage en mer : un impact sanitaire et écologique (lien)

Source


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :