Publié par : Sibylline | février 16, 2017

Camping-caristes vs promoteurs : réunion de quartier du 12/12/2016 (Mimizan-plage, Landes)

17.02.2017. Le 12 Décembre dernier, nous invitions les citoyens mimizanais et les usagers des parkings, camping-caristes notamment, à se rendre à la réunion organisée par le maire, parking de l’hélistation, à 16 h.

Nous nous contenterons de vous donner les échanges entre le maire et certaines personnes de l’assemblée de la cinquantaine de participants.

Présentation du projet par Mr Christian Plantier (le maire ; CP pour la suite) : « il va y avoir 100 à 150 logements (on lui souffle 115) avec 4 personnes/logement, ce qui va représenter 400 personnes de plus sur la commune sur 7/8 mois, d’Avril à Octobre » (Ndlr : on vous a dit que l’on retranscrivait…), comparant avec les Hournails »

Une personne de l’assemblée (PA pour la suite) lui fait remarquer que les Hournails ne sont pas occupés sur une période aussi longue.

CP : il s’agit d’un important projet qualitatif sur le plan urbanistique, avec 1/3 de végétaux. Le projet se situe sur une zone constructible. Aucune contrainte environnementale n’est à déplorer, pas plus que de risque de submersion marine ».

Le déplacement du parking des camping-cars : ‘à la prochaine saison, il y aura la même capacité d’accueil sur la commune et ce sera beaucoup plus qualitatif, à 300 mètres de la plage avec un boulevard pour les y conduire… il me semble »

Le parking des véhicules actuel compte 89 places. Il y a la garantie d’avoir le même nombre de places, voire multiplier la capacité par deux.

PA :

« où ? »

CP :

« le long de l’ancienne voie ferrée, là où il y a la piste cyclable actuelle » (Ndlr : adieu la végétation arbustive et arborée qui la borde).

« possibilité de parkings bien adaptés dans les environs ; une réflexion sera amenée rapidement. »

L’hélistation :

« elle sera déménagée à la demande des gendarmes car le lieu n’est pas « secure » (CP speaks english 😉 ) en face des maisons, voire des camping-cars avec des risques importants. C’est vu avec le préfet. »

« Le futur emplacement n’est pas encore définitif, ils (les gendarmes) sont d’accord pour quitter les lieux dès la saison prochaine et s’installer à l’aérodrome où il y a de la place et où des appartements seront construits pour loger les CRS »

Ndlr : surcoût pour le contribuable ?

CP :

« il n’y a pas de point négatif sur ce projet »

PA :

« une enquête publique est nécessaire » (Ndlr : un parking est un accessoire de la route qui appartient donc au domaine de la voirie et ne peut être cédé à un privé)

CP :

« ah, non. On considère qu’on peut le faire ; il y a des tribunaux »

Ndlr : comprendre que les élus se fichent royalement des conséquences financières de leurs petites combines sur le porte-monnaie du contribuable.

« Les promoteurs permettent de faire de la construction » (Ndlr : on vous a déjà dit que l’on retranscrivait)

PA :

« l’intérêt des promoteurs, on l’a bien compris mais celui des mimizanais ? »

CP :

« l’intérêt pour les mimizanais, c’est que ce sera plus agréable que les camping-cars et qu’il y aura 400 personnes de plus à l’année ».

PA :

« dans ce cas, trouvez un autre endroit pour les promoteurs ».

Il est fait remarquer que l’heure de la réunion visait à ce que la mobilisation soit la moins importante possible.

CP :

« C’est la réunion qui a mobilisé le plus de monde jusqu’à maintenant ».

« La mairie n’a pas de dettes car elle vend du foncier ; elle a racheté plus de 30 ha ».

« C’est le seul moyen pour ne pas augmenter les impôts »

Ndlr : FAUX, les impôts ont augmenté. Par exemple, sur la taxe d’habitation, 150 euros de plus sont à régler pour un T2 d’environ 35 m².

« C’est notre politique, on a la majorité, c’est tout ! Vous verrez aux prochaines élections. On applique la politique pour laquelle on a été élu »

Ndlr : FAUX, cela n’a jamais été présenté dans leur programme.

Directeur des services techniques de la ville (qui prend le relais car le maire se trouve en difficultés) :

« nous avons une politique de cession foncière ; il n’y a pas besoin d’enquête publique à partir du moment où l’on maintient l’allée de la Mailloueyre, service public. »

« la parcelle a été déclassée et désaffectée, la vente sera votée jeudi prochain à 18 h (conseil municipal).

PA :

« y-a-t’il eu un appel d’offre ? »

CP :

« cela fait 3 ou 4 ans qu’on travaille sur le projet pour trouver un acquéreur ».

Fin de la réunion. Les plans du projet au prochain épisode.

On a aussi entendu, en aparté, que les mimizanais avaient accès au foncier et lorsque l’on se propose d’acquérir les parkings, ce n’est pas possible.

Hypothèse à vérifier sur cette transaction plus que suspecte :

Promeo patrimoine a acquis les parcelles le 08/12, par acte sous seing privé, AVANT le vote en conseil municipal une semaine plus tard. Mais il aurait aussi acquis l’immeuble en souffrance place du marché, commencé par un autre promoteur qui serait parti en cours de travaux, avec l’argent. La mairie aurait donné son accord pour une reprise par d’autres promoteurs et cela aurait également capoté.

Le marché aurait donc été le suivant si Promeo patrimoine est réellement l’acquéreur de l’immeuble place du marché : « on vous laisse les parcelles en bordure de forêt et d’océan si vous reprenez l’immeuble de la place du marché, ce qui expliquerait la reprise actuelle des travaux en cet endroit ».

De grandes largesses ont été accordées au promoteur : 118 euros/m² et non 125 comme préalablement annoncé, la première moitié de la somme versée en 2017 et la seconde en 2018 !

Certains riverains ou citoyens de vouloir se ranger du côté de l’opposition… Il n’y a pas d’opposition. Le président de la communauté de communes, chef de l’opposition et également premier conseiller départemental a toutes les cartes pour faire rouvrir les parkings. Il ne bouge pas. L’association national des communautés de communes a posé la question : aucune action n’est envisagée en ce sens.

Certes, dans les médias, il est facile de faire croire que l’on est contre. On peut voter contre une décision en conseil municipal, le résultat sera minoritaire par rapport à la majorité (- 1 conseiller à qui on n’a pas lavé le cerveau et qui se fait vertement rabrouer, au-delà de ce que l’éducation et la démocratie imposent). C’est la même chose pour le casino. Ce n’est pas l’opposition qui a agi pour l’arrêt des travaux, c’est un casinotier concurrentiel.

En collaboration avec Sibylline océans, la SEPANSO a exercé un recours de légalité concernant l’arrêté de fermeture des parkings. Le préfet aurait répondu à la mairie que cet arrêté était illégal. Cependant, aucun document n’est parvenu ailleurs qu’à la mairie. Le préfet a donc pris ses responsabilités tout en permettant au projet de se faire vu qu’aucun document, donc de preuve, n’est accessible aux opposants du projet. Le préfet est également informé de malversations financières, l’information est remontée au ministère de l’intérieur qui aurait appelé la mairie en leur disant « vous arrêtez vos conneries maintenant ». Cela ne mange pas de pain ! Cela fait longtemps qu’un citoyen lambda serait déjà en garde à vue…

En attendant, les commerçants ont déjà enregistré des pertes financières et ce n’est pas fini. L’un d’eux a saisi le préfet afin que soient rouverts le parking des camping-cars, au moins le temps que d’éventuels recours, qui dureront des mois, soient épuisés. Aucune réponse !

Une pétition est actuellement en ligne, vous pouvez la signer et la partager en suivant ce lien :

petition-parking-camping-cars-mimizan-plage

Conclusion : zadistes de tous les pays, it’s right now (clin d’œil pour le maire 😉 ) !

—————————

Vous voulez en savoir plus sur les travaux de la ville (liste non exhaustive) :

-parking de la Garluche : budget initial voté à 500 000 euros puis à 1 million puis à 1,5 millions (on s’interroge sur l’utilité d’un vote ?). 127 000 euros de travaux non réalisés ont été payés. Comment est-ce possible ?

– maison de santé : cela dépend de la communauté de communes dont le président est le chef de l’opposition. Nous sommes sur une parcelle abritant des espèces végétales et animales ne souffrant aucun bétonnage… Qu’à cela ne tienne, on bétonne une ZNIEFF 1 et 2, on coupe des arbres remarquables en dépit des préconisations de l’architecte des bâtiments de France puis on demande au secrétaire du dit architecte de signer à la place de son chef pour dire que tout a été respecté ! Voilà ce qu’est l’opposition… A titre complémentaire, le permis de division des parcelles a été accordé après celui d’aménager et de construire… Entre gens de mêmes privilèges à défendre, quelques petits arrangements ne nuisent pas.

– berges du Courant classées Natura 2000 : elles ont été bétonnées (gravier tassé pour le même résultat final) par la communauté de communes donc par l’opposition. De petites lumières bleues et blanches (œuvre de la mairie) délimitent la piste d’amerrissage du courant pour les hydravions l’été. L’hiver, il faut qu’ils penchent à droite…

– Les hournails : les tout droits venus de Bussy-saint-Georges (cf. pétition) ont acquis le prix de leur terrains au prix de la parcelle, charge à la mairie de leur offrir celui du raccordement. Cadeau probable de remerciements pour leurs bons et loyaux services…

– le skate-park, celui qui bétonne la trame verte, héritage du Grenelle de l’environnement (corridor écologique qui doit être laissé libre de toute activité humaine) : le prestataire de services serait parti avant la fin des travaux. La mairie a donc complété.

Un petit coup d’œil aux appels d’offre nous informerait sur la manière dont sont attribués les marchés aux filiales de Vinci ou aux entreprises des élus.

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :