Publié par : Sibylline | janvier 19, 2017

Le mystère de la disparition du mégalodon enfin révélé ?

megalodon19 Janvier 2017. Un récit qui semble tout droit sorti du film Jurassic Park. L’incroyable mégalodon, une espèce éteinte à ce jour vient encore de nous livrer quelques secrets de son histoire.

Basée sur les analyses d’un fossile du plus grand squale ayant jamais existé sur cette planète, une nouvelle étude révèle que sa disparition pourrait être liée à  l’extinction de son repas préféré. À savoir, le Piscobalaena nana, une espèce similaire à  une petite baleine et faisant partie de la famille des cétacés.

«La disparition du dernier requin à dents géantes aurait pu être déclenchée par le déclin de plusieurs dynasties de petites et moyennes baleines en faveur des gigantesques baleines actuelles», a expliqué au New ScientisAlberto Collareta, principal auteur de l’étude publiée dans la revue Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology.

UN REQUIN DE 15 MÈTRES DE LONG

Au cours de leurs recherches, les paléontologues ont étudié des fossiles vieux de 7 millions d’années et appartenant à  différents mammifères marins. Plus précisément, ils se sont intéressés aux éventuelles marques de dents laissées sur les ossements par le requin géant.

«Parmi ceux qui portaient des marques laissées par les dents du mégalodon, se trouvait une espèce éteinte de petite baleine nommée Piscobalaena nana et d’un type de phoque appelé Piscophoca pacifica», a précisé Alberto Collareta. »Les deux animaux faisaient moins de cinq mètres de long – moins du tiers de la taille d’un mégalodon».

Pour rappel, le mégalodon, ce requin préhistorique, était tellement gigantesque qu’il en aurait couvert de ridicule le grand requin blanc des Dents de la Mer. En effet, si ce dernier nous parait effrayant avec ses 5 mètres de longueur en moyenne, le mégalodon pouvait atteindre les 15 mètres sans grande difficulté.

La taille des dents étant proportionnelle à la taille du corps, celle-ci atteignait au moins 15 centimètres selon les estimations. On vous laisse imaginer ce qu’il aurait été capable de faire s’il était encore parmi nous.

UN MANQUE DE NOURRITURE

Selon l’équipe, ce sont ses «petites» proies qui auraient conduit le mégalodon à sa perte. Il y a quelques millions d’années, un réchauffement climatique aurait en effet provoqué de rapides changements dans les zones où vivaient de nombreuses petites baleines les conduisant à  une disparition massive.

Cela signifie que, non seulement le nombre de repas du mégalodon a diminué, mais qu’en plus les pôles se sont mis à  fondre créant d’abondants écosystèmes océaniques. Les scientifiques pensent que ces changements ont eu deux conséquences pour le requin : d’une part, il a dû se rabattre sur les baleines plus grandes, au risque que certaines soient trop massives pour lui.

D’autre part, le mégalodon, habitué aux espaces côtiers plus chauds, n’a pas pu suivre dans le froid des pôles les autres espèces marines et notamment les grands cétacés qui ont eux, réussi à  s’adapter rapidement et y faire leurs niches écologiques. C’est ce qui a sans doute conduit le squale à  la famine.

DES ÉTUDES À POURSUIVRE

Cela dit, d’autres chercheurs affirment que le mégalodon aurait pu manger de plus grandes proies de temps en temps, un peu comme nous aux repas des fêtes de fin d’année. Hypothèse à laquelle personne ne peut répondre puisqu’il est aussi possible qu’il ait simplement nettoyé les carcasses de leur chair.

Des études complémentaires doivent encore être menées pour comprendre dans sa totalité la disparition du requin géant même si cette recherche apporte déjà de premiers indices sur ce qui a pu venir à bout du plus grand requin ayant jamais existé sur Terre.

megalodon_scale

Réf. : Alberto Collareta et al, Did the giant extinct shark Carcharocles megalodon target small prey ? Bite marks on marine mammal remains from the late Miocene of Peru, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology (2017). DOI : 10.1016/j.palaeo.2017.01.001

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :