Publié par : Sibylline | novembre 23, 2016

Turbine marémotrice : une première au Canada (Nouvelle-Ecosse)

turbine-geante-canada23 Novembre 2016 (Théodore Doucet). Près de 500 bâtiments de la Nouvelle-Écosse sont désormais reliés au réseau électrique généré par la première turbine fonctionnant à l’énergie des marées en Amérique du Nord.

Il s’agit d’un tournant dans le secteur des énergies renouvelables au Canada : de l’électricité est produite grâce à la seule force des courants marins, à travers une usine marémotrice installée dans la baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse. Le projet est issu du consortium privé Cape Sharp Tidal, qui lie l’entreprise Emera, de Halifax, qui possède notamment Nova Scotia Power, et OpenHydro, un conglomérat français spécialisé dans l’énergie et la défense navale.

L’énorme turbine de 1 000 tonnes et haute comme un édifice de cinq étages a été mise en service mardi, et développe une énergie de deux mégawatts. Elle est ancrée à l’extrême est du détroit du bassin des Mines, un canal de cinq kilomètres situé près de Parrsboro.

« C’est la première fois que l’énergie des marées est connectée au sol nord-américain, et nous savons que le monde nous regarde, car les marées de la baie de Fundy sont les plus puissantes du monde », a déclaré le ministre de l’Énergie Michel Samson après avoir connecté la structure au réseau électrique, en tournant un petit interrupteur.

Lors des plus hautes marées, un million de mètres cubes d’eau à la seconde balaient le fond de la baie 

Pour se faire une idée de la force de l’eau dans cette région, en 2009, une autre turbine d’essai de 400 tonnes avait été complètement détruite par les courants. « La quantité d’eau qui transite chaque jour par la baie équivaut à un volume plus important que celui de toutes les rivières du monde combinées », a ajouté Ray Hickey, chef de l’Autorité de l’Énergie du comté de Cumberland.

La nouvelle usine est seulement un prototype, qui sera complété l’an prochain avec une deuxième turbine. Selon Cape Sharp Tidal, l’électricité produite par les deux installations évitera de brûler environ 2 000 tonnes de charbon et d’éliminer 6 000 tonnes de gaz à effet de serre – l’équivalent de retirer 1 000 voitures chaque année.

D’après Radio-Canada, des dizaines voire des centaines de turbines pourraient à l’avenir être installées dans la baie.

Ndlr Sibylline : ou comment détruire davantage les espèces marines et l’habitat des baleines franches en voie d’extinction !

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :