Publié par : Sibylline | octobre 4, 2016

Des balises GPS pour mieux connaître les baleines à bosse (Nouvelle Calédonie)

Une baleine échouée en Australie, illustration. Crédit Image : PATRICK HAMILTON / AFP

Une baleine échouée en Australie, illustration. Crédit Image : PATRICK HAMILTON / AFP

4 Octobre 2016 (Sophie Jousselin, Loïc Farge). Le Fonds Mondial pour la Nature et des chercheurs de l’IRD viennent de mener deux campagnes d’observation des baleines à bosse au large de la Nouvelle-Calédonie.

Les chercheurs ont pu observer une trentaine de baleines accompagnées de leurs baleineaux. Car pendant l’hiver austral, les cétacés remontent des eaux glaciales de l’Antarctique jusque dans les eaux chaudes, au large de la Nouvelle-Calédonie, qui leur servent en quelque sorte de maternité. Aujourd’hui, on connaît mal cette population de baleines à bosse. C’est pour cette raison que les chercheurs ont fait des prélèvements de peau à l’aide d’une arbalète, pour connaître leur patrimoine génétique.

Ils ont également  équipé plusieurs d’entre de balises GPS qui permettront d’étudier précisément leurs déplacements dans cette aire protégée de plus d’un million de kilomètres carrés. Car si on sait qu’elles parcourent environ 10.000 kilomètres par an (presque 30 kilomètres par jour), on ne sait pas en revanche à quelle profondeur ni dans quel type d’habitat elles se sentent le mieux.

Au total ces campagnes d’observation vont durer trois ans. Grâce aux balises GPS, on peut suivre les déplacements de quatre de ces baleines à bosse du bout du monde. Un site Internet leur est consacré. Vous pouvez regarder les allers et venues d’Ornella, Chester, Samba et Wally. Vous remarquerez que Samba a la bougeotte, alors qu’Ornella et Chester ont plutôt tendance à tourner en rond.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :