Publié par : Sibylline | juillet 6, 2016

Que nous cache le chant mélodieux des baleines à bosse ?

Les habitats naturels des baleines sont menacés.  Photo :  ICI Radio-Canada

Les habitats naturels des baleines sont menacés. Photo : ICI Radio-Canada

6 Juillet 2016 (Brice Louvet). Quand sonne l’heure de la parade, le chant de la baleine à bosse résonne à nos oreilles comme une étrange et douce mélodie. Il est aujourd’hui admis que les sons émis par ces géants sont d’une grande complexité et se soumettent à des règles précises. Certain(e)s parlent même d’un langage. Mais qu’en est-il exactement ?

La nature nous pousse à nous reproduire. Il en est bien sûr de même pour les baleines, et notamment les baleines à bosse. Quand sonne l’heure de la parade, les mâles se mettent à chanter (les femelles restent silencieuses). Enregistrés par des hydrophones ces sons, longs, mélodieux et plaintifs, peuvent durer parfois plusieurs heures, voire des jours entiers. On ignore aujourd’hui leur fonction exacte, mais pour le cas de la baleine à bosse, ce chant serait principalement destiné à séduire les femelles. L’harmonie est si parfaite que pour certains scientifiques, il s’agit bien d’un langage …

En effet, le chant de la baleine à bosse a une structure bien définie, composée de neuf unités sonores. L’unité de base est un son continu, dont la fréquence est comprise entre 10 et 20 Hz. Le mâle est capable de moduler la fréquence et l’amplitude de cette note et peut ainsi générer des suites de quatre à six unités sonores, qui peuvent durer une dizaine de secondes. Les biologistes attribuent à ces suites la distinction de sous-phrase, plusieurs sous-phrases constituant ainsi une phrase complète, que la baleine répète durant plusieurs minutes, plusieurs heures s’il le faut.

Mais il y a mieux. Chaque année, il est aujourd’hui admis que des sons différents et des arrangements orignaux suscitent la création de nouvelles phrases et de nouveaux thèmes. Ces changements sont peu à peu incorporés dans le chant, tandis que d’autres éléments plus anciens disparaissent. Le chant évolue et, au terme de quelques années, la mélodie diffère totalement de la version originale.

Mais il y a ENCORE mieux. En effet, puisqu’en dépit de ces variations incessantes, tous les mâles d’une même région du monde entonnent ensemble le même chant… Ainsi, les baleines à bosse du Pacifique Nord, bien que distantes de plusieurs milliers de kilomètres, chanteront la même version au même moment. En revanche, les individus qui vivent dans le Pacifique Sud adoptent d’autres thèmes.

Enfin, il est apparu que certaines interactions existaient entre mâles. Une baleine peut s’associer et coopérer avec une autre lorsqu’ils s’approchent d’une femelle, laquelle était elle-même entourée de prétendants. Ainsi, les sons émis peuvent servir non seulement à interpeller d’autres mâles compétiteurs, mais aussi à resserrer les liens de coopération entre deux mâles pour séduire une femelle.

C’est donc cette hiérarchisation des sons, qui semblent « pensés », transmis, qui pousse les scientifiques à parler de structuration linguistique. Par ailleurs, il est à noter que le chant des baleines évolue avec l’âge. Des variations de fréquences sont alors observées.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :