Publié par : Sibylline | avril 14, 2016

Une vidéo sur des rejets sous-marins agite Cassis (Bouches-du-Rhône)

pavillon-bleu14 Avril 2016. Une vidéo, publiée par l’Obs, relance le débat sur les rejets en mer à Cassis. Réalisée par un plongeur local apnéiste, désigné par le pseudonyme Nox Diving (Ndlr Sibylline : non, « Nox diving » est l’association qu’il a fondée), et on y voit un plongeur évoluer autour d’un tuyau rejetant dans l’eau un flux de particules foncées. D’après l’auteur de la vidéo, il s’agirait de la sortie de la canalisation de la station d’épuration de la ville, au large des calanques, et l’odeur y serait « insupportable ».

La municipalité a d’ores et déjà réagi via sa page facebook, dénonçant une « fausse vidéo » et mettant en avant « la qualité de ses eaux de baignade, chaque jour contrôlée, et chaque année qualifiée d’excellente par l’ARS (Agence régionale de santé) ». Jointe par téléphone par l’Obs, la maire de la commune, Danielle Milon avançait qu’« avec ses grandes palmes, le plongeur a dû agiter les dépôts. »

Ndlr Sibylline : la publication a, depuis, été effacée du site de la ville mais la voici

mairie-cassis

Pourtant, contactée par la journaliste, la SEM (Société des eaux de Marseille) qui gère la station d’épuration ne nie en rien la réalité de ces rejets. « La canalisation est en parfait état. Elle ne constitue en aucun cas une atteinte à l’environnement. Le panache observé dans la vidéo correspond à une situation normale de la station en fonctionnement » assure son directeur-adjoint. Et le pêcheur militant Gérard Carrodano de conclure : « Toutes les saloperies qu’on jette aux chiottes finissent dans les Calanques. »

Ndlr Sibylline : le pavillon bleu est un label privé que chaque commune doit payer… fort cher selon certaines qui ne postulent plus. Plusieurs critères sont à remplir pour l’obtenir. Concernant celui de la qualité des eaux de baignade, les analyses de référence sont celles réalisées par l’ARS l’année antérieure (que fait-on en cas de pollution nouvelle ?). Sa fiabilité est remise en question à plusieurs égards, notamment au nombre de polluants analysés. Par exemple, la présence de staphylocoques dorés n’est jamais analysée. Même chose pour les micropolluants, métaux lourds, etc… A mimizan-plage, il existe quatre points de baignade où le pavillon bleu est donné (autant dire, sur la totalité des eaux de baignade). L’un d’eux se trouve plage sud, à quelques 3 km de l’émissaire des papeteries de Gascogne qui déchargent tous les rejets industriels non traités : métaux lourds, polluants organiques, lessives, etc… Même chose dans le courant (bras de mer) de Mimizan.

En conclusion, le pavillon bleu est un attrape-touristes qui n’a aucune base environnementale digne de confiance. Quant à l’indépendance de Surfrider, elle nous a bien fait rire…

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :