Publié par : Sibylline | mars 29, 2016

Probabilités d’un Exxon Valdez en Arctique ou au cœur du Québec (Canada)

Opération de récupération du pétrole en mer dans le détroit du Prince William, une semaine après le déversement. Crédit photo : AFP / CHRIS WILKINS

Opération de récupération du pétrole en mer dans le détroit du Prince William, une semaine après le déversement. Crédit photo : AFP / CHRIS WILKINS

29 Mars 2016 (Stéphane Parent). Il y a 27 ans, le 24 mars 1989, un pétrolier géant américain s’échouait sur la côte de l’Alaska et provoquait une importante marée noire. Cette sale affaire entraîna des modifications majeures de la législation nord-américaine sur le transport maritime, en particulier de pétrole.

Mais il semble que les côtes canadiennes seraient à la traîne en matière de mesure d’urgence en cas d’un nouveau déversement, particulièrement le long de la côte Arctique et celle de l’est du Canada.

En fait, contrairement aux affirmations répétées du gouvernement canadien, plusieurs experts indépendants estiment que le Canada est complètement incapable de repousser de ses côtes la prochaine marée noire à la Exxon ou à la BP. Il y aurait au premier chef un manque de coordination entre la Garde côtière canadienne et les responsables du ministère des Transports.

En temps ordinaire, cette coordination est déjà tout un défi à relever dans un pays qui a le plus long littoral au monde et qui est bordé par les trois grands océans de la planète, Atlantique, Pacifique et Arctique.

Alors que le Canada augmente le passage du pétrole en milieu marin les pressions augmentent pour que le gouvernement donne notamment à la Garde côtière canadienne la capacité de réagir lorsque survient un accident pétrolier important.

De récentes initiatives de protection des côtes : des gouttes d’eau dans l’océan

Le Canada affirmait en 2013 faire preuve de « leadership » en favorisant l’adoption avec 7 autres nations arctiques d’un accord de coopération sur les mesures et les responsabilités à prendre en cas de déversements d’hydrocarbures.

D’autre part, le Canada a annoncé également sous le précédent gouvernement conservateur canadien qu’il augmentait substantiellement la responsabilité financière des compagnies pétrolières en cas d’accidents. Elles devront même payer à l’avance, et créer un fonds en prévision de futures tragédies.

En 2013, Joe Oliver, alors ministre des Ressources naturelles du Canada affirmait : « De 30 millions de dollars à 1 milliard de dollars, c’est une responsabilité absolue qui veut dire que la compagnie est responsable pour les dommages même si la compagnie n’est pas en faute. »

« Sécurité de classe mondiale »

C’est le nom que donnait pompeusement en juillet de l’an dernier, à trois mois des élections,  le gouvernement fédéral de Stephen Harper à sa nouvelle approche pour protéger les côtes et les Canadiens de tout salissage environnemental et désastre lié au déversement pétrolier en mer que ce soit en raison d’une tempête ou d’une collision avec un iceberg ou, scénario explosif digne d’Hollywood, avec un autre navire-citerne pétrolier ou gazier.

Il s’agissait de montrer qu’on faisait quelque chose pour l’environnement par une meilleure planification des interventions d’urgence en collaboration avec les gouvernements provinciaux, les collectivités locales, les groupes autochtones et l’industrie.

Ottawa répondait ainsi aux recommandations de son propre comité d’experts sur la sécurité des navires-citernes, qui l’avait critiqué quelques mois plus tôt pour avoir un seul et unique modèle de préparation, quelle que soit la région du pays (fleuve, Grands Lacs, eaux profondes…).

On affirmait que la préparation à d’éventuels déversements d’hydrocarbures serait améliorée par exemple entre Montréal et l’île d’Anticosti. Mais la Garde côtière elle-même émettait un avis différent.

Le fleuve Saint-Laurent est une région à très haut risque

Une étude réalisée par la firme WSP à la demande du gouvernement lui-même, en 2013 concluait que le risque d’un déversement majeur (plus de 9000 tonnes) de pétrole brut au Canada est de 1 tous les 242 ans. Pour un déversement de plus de 900 tonnes, la probabilité est de 1 tous les 52 ans.

WSP affirmait d’autre part que l’indice de risque environnemental lié aux déversements d’hydrocarbures était « très élevé » (en rouge sur la carte) tout le long du grand fleuve Saint-Laurent et particulièrement entre les deux grandes villes de Montréal et Québec.

Le saviez-vous ?

Une mer de pétrole circule déjà le long des côtes canadiennes
– D’une longueur de 243 000 kilomètres, le littoral du Canada est le plus long au monde.
– Au quotidien, 180 bâtiments de plus de 500 tonneaux naviguent dans la zone économique exclusive du Canada (à 200 milles marins du littoral).
– Le volume de pétrole transporté sur ces eaux canadiennes est stupéfiant.
– Chaque année au Canada, plus de 1000 navires transportent environ 50 milliards de litres de pétrole brut ou de gaz.
– Chaque année, 80 millions de tonnes de pétrole sont expédiées à partir des côtes est et ouest du Canada.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :