Publié par : Sibylline | mars 25, 2016

541 baleines massacrées par le Japon (Antarctique)

chasse-baleine-yushin-maru25 Mars 2016. Le Japon a commencé une campagne de chasse « scientifique » à la baleine. Elle devrait durer 12 ans. Plus de 500 cétacés ont déjà été tués dans les eaux australiennes. Une pêche « abominable » pour Sydney.

PRÉTEXTE. L’abattage de 541 baleines (Ndlr Sibylline : baleines de Minke, dont 207 femelles gestantes et au moins une paire de jumeaux) par le Japon lors de sa campagne de pêche a été jugé vendredi 25 mars 2016 « abominable » par l’Australie, critiquée à son tour pour sa passivité honteuse par une association de défense de la faune marine. « Le gouvernement australien s’oppose de façon claire, absolue et catégorique à la soi-disant ‘scientifique’ pêche à la baleine« , a déclaré à l’AFP le ministre australien de l’Environnement Greg Hunt. « C’est de mon point de vue abominable, un retour vers une ère révolue, a-t-il ajouté. La recherche létale n’a aucune justification scientifique. » La veille, l’agence japonaise chargée de la pêche a annoncé le retour dans la matinée à Shimonoseki (sud-ouest), depuis longtemps un des principaux ports de la pêche à la baleine, des navires japonais partis début décembre 2015 chasser les cétacés dans l’Antarctique au grand dam des organisations de défense des animaux. L’agence a précisé dans un communiqué que 541 petits rorquals (ou baleines de Minke) avaient été tués au cours de cette expédition.

Encore 12 ans de chasse à la baleine ?

Le Japon invoque des visées scientifiques, mais il n’a jamais fait un secret du fait que la viande de l’animal marin finissait souvent dans les assiettes. L’archipel avait été contraint de renoncer à la saison 2014-2015 de prises de cétacés après une décision de la Cour internationale de justice(CIJ) qui, saisie par l’Australie, avait jugé que l’activité était détournée à des fins commerciales. Depuis, le Japon a soumis un nouveau programme à la Commission baleinière internationale (CBI) (Ndlr Sibylline : programme rejeté par le comité international scientifique, cf. lien anglais), lequel prévoit de capturer 3.996 baleines en Antarctique dans les 12 prochaines années, soit 333 par saison contre environ 900 dans le cadre du précédent programme condamné. Ce niveau de capture est jugé « nécessaire » par Tokyo pour collecter des informations sur l’âge de la population baleinière, données dont le Japon prétend avoir besoin afin de définir un plafond de captures permettant de ne pas menacer la survie de l’espèce. Les Japonais affirment que ce nouveau programme permettra une meilleure compréhension des écosystèmes marins de l’Antarctique et ont promis de limiter la période de recherche à 12 années à partir de l’exercice 2015-2016.

Ndlr Sibylline : le statut de conservation du rorqual de Minke Antarctique est méconnu mais des analyses ont montré une réduction des effectifs de 60 % entre les périodes 1978–91 et 1991–2004, ce qui permet de qualifier cette espèce de menacée.

Et pendant ce temps, des personnes probablement très sincères dans leurs démarches de lutter contre le massacre, le finance sans le savoir (cf. lien anglais), à coups de millions de dollars.


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :