Publié par : Sibylline | mars 16, 2016

La baleine franche en déclin à cause de la surpêche historique (Nouvelle Zélande)

Baleine franche australe tournoyant dans les airs à proximité de la côte. Otago University

Baleine franche australe tournoyant dans les airs à proximité de la côte. Otago University

16 Mars 2016. NOUVELLE-ZELANDE- Le commerce illégal de baleine a encore de graves répercussions sur l’espèce en Australie. Une étude a comparé le recensement et la démographie des baleines avant et après leur exploitation par les pêcheurs (officiellement interdite en 1935 mais qui a perduré jusque dans les années 60 (Ndlr Sibylline : baleiniers russes).

En Nouvelle- Zélande, la pêche souvent abusive a commencé vers 1791. Entre 1827 et 1980, on estime que 35 000 à 41 000 spécimens ont étés tués (Ndlr Sibylline : réduisant la population à 110 individus). Aujourd’hui, il ne reste plus que deux milliers de baleines franches selon un recensement de 2009. L’espèce se reproduit à (un taux de) 7% par an.

Si il est connu que la pêche pré-moderne a été catastrophique pour la population de baleine franche, cette étude étudie pour la première fois l’impact historique de l’homme sur l’espèce en Nouvelle-Zélande.  » Une vue d’ensemble sur les conséquences de la pré-exploitation permet aussi de protéger d’éventuels changements des bases de la perception publique et des objectifs de conservation » notent les chercheurs dans leur introduction. » (Ndlr Sibylline : en clair, les menaces actuelles et croissantes à venir ne garantissent pas le maintien de l’espèce et encore moins sa progression). Et ainsi alerter sur cette espèce particulière en voie d’extinction.

 » La pêche a été si intense que l’espèce a virtuellement disparu de Nouvelle-Zélande au début du 20ème siècle (….) Aucune baleine franche du Sud n’a été vue dans les eaux néo-zélandaises pendant 35 ans ( de 1928 à 1963) » expliquent les scientifiques.

Citation : An integrated approach to historical population assessment of the great whales: case of the New Zealand southern right whale. Jennifer A. Jackson, Emma L. Carroll, Tim D. Smith, Alexandre N. Zerbini, Nathalie J. Patenaude, C. Scott Baker. Royal Society Open Science. Published 16 March 2016.DOI : 10.1098/rsos.150669

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :