Publié par : Sibylline | décembre 2, 2015

Pourquoi aucun poussin Manchot Adélie n’a survécu en 2014 (Antarctique)

En 2014, tous les poussins Manchots Adélie sont morts de faim ou de froid. ©Capture d'écran de Youtube / ARTE

En 2014, tous les poussins Manchots Adélie sont morts de faim ou de froid. ©Capture d’écran de Youtube / ARTE

2 Décembre 2015. En direct depuis l’Antarctique, Christophe Barbraud, directeur de recherche CNRS, alerte sur l’inquiétante hécatombe de poussin Manchot Adélie qui a eu lieu en 2014. Voici pourquoi aucun n’a survécu.

HÉCATOMBE. Depuis l’Antarctique, où l’expédition Wild-Touch a commencé, Christophe Barbraud, directeur de recherche CNRS au Centre d’Études Biologiques de Chizé revient sur un phénomène particulier qui a eu lieu l’an dernier : sur les 40.000 à 50.000 poussins nés dans les colonies de Manchots Adélie (Pygoscelis adeliæ), aucun n’a survécu. Le scientifique explique que le dérèglement climatique est doublement en cause. Dans un premier temps, celui-ci s’est manifesté par une période plus froide que d’ordinaire ; les manchots adultes ont dû parcourir une centaine de kilomètres sur la glace de mer avant de pouvoir aller pêcher, laissant leurs petits sans nourriture pendant trop longtemps. Dans un deuxième temps, les températures sont restées trop longtemps positives ; au lieu d’avoir des précipitations neigeuses, c’est de la pluie qui est tombée sur les animaux… détrempant les poussins au plumage encore non imperméable. Les petits sont donc morts de faim ou de froid. L’espèce a donc connu en 2014 une reproduction catastrophique. Un aperçu de ce qu’il pourrait se passer chaque année d’ici 50 à 60 ans si les scénarios de changement climatique étaient vérifiés.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :