Publié par : Sibylline | novembre 17, 2015

Assouindé : une baleine échoue sur la plage (Côte d’Ivoire)

Cette baleine a été retrouvée morte, samedi dernier, sur la plage d'Assouindé (Ph : DR)

Cette baleine a été retrouvée morte, samedi dernier, sur la plage d’Assouindé (Ph : DR)

17 Novembre 2015 (Franck Souhoné). Le week-end dernier, le Centre ivoirien anti-pollution (Ciapol) a été alerté de ce qu’une baleine venait encore d’échouer sur la plage d’Assouindé, précisément au km 17.

Elle mesure 25 mètres et pèse environ 20 tonnes. Ce gros mammifère porte à trois, le nombre de baleines qui ont ainsi échoué sur les plages ivoiriennes en l’espace de 3 mois. Pour le Ciapol, le phénomène devient anormal. On se souvient que le vendredi 21 août dernier, une baleine de 11,40 m pesant près de 10 tonnes, avait échoué sur la plage du village de Mangoassé. Le ministère de l’Environnement, de la salubrité urbaine et du développement durable en a été alerté seulement le 31 août, lorsque l’animal a atteint un état de putréfaction avancée. Aussi, le ministre Rémi Allah Kouadio a-t-il instruit le Ciapol de débarrasser la plage de cet animal gênant. A l’aide d’une pelleteuse, le Ciapol avait réussi à enterrer le mastodonte. Deux mois plus tard, soit le mercredi 20 octobre 2015, le ministère de l’Environnement est encore alerté de ce qu’une baleine a échoué au large de Grand Bassam. Le cétacé qui pesait près de 5 tonnes, était déjà mort en mer avant d’échouer sur la plage de Grand-Bassam. Cette fois-ci, c’est un porte-char et un caterpillar qui sont mobilisés pour enterrer la baleine déjà en putréfaction. Hier lundi 16 novembre 2015, les services du Dr Remi Allah-Kouadio ont été informés de la présence d’une baleine sur la plage d’Assouindé. Mais  que se passe-t-il donc dans les eaux pour que les gros cétacés connaissent une telle fréquence de mortalité ? C’est la question qui revient sur toutes les lèvres en ce moment. Le directeur du Ciapol, pour sa part, pense aux effets de l’exploration pétrolière en mer qui perturbe le milieu naturel des baleines. Ce d’autant plus que le même phénomène est observé au Ghana voisin avec les explorations pétrolières intenses en mer. N’empêche, il urge que les autorités du pays s’attellent à trouver des réponses aux questions des Ivoiriens face à ce phénomène récurrent qui devient inquiétant.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :