Publié par : Sibylline | novembre 11, 2015

L’Indonésie brûle et nous regardons ailleurs. Merci Nutella et Co !

Impact-feux-Indonésie

Localisation des feux en Indonésie

11 Novembre 2015 (George Monbiot, traduit par Julia Gallin). Des feux font rage tout au long des 5000 kilomètres de l’archipel indonésien. Il s’agit indéniablement, selon toute évaluation objective, de l’événement le plus important dans le monde aujourd’hui. Et ce ne devrait pas être seulement un simple chroniqueur, rédigeant un article en pages intérieures d’un journal, qui en parle. Il devrait à la Une de tous les journaux.

Je me suis souvent demandé comment les médias réagiraient face à une catastrophe écologique apocalyptique. J’ai imaginé les journaux télévisés présenter de brèves nouvelles, sensationnalistes, sans pour autant expliquer pourquoi une telle catastrophe avait eu lieu ni comment y remédier. Le présentateur demanderait ensuite au commentateur financier comment les cours de la Bourse étaient affectés par ce désastre, avant de passer aux informations sportives. Comme vous pouvez le constater, je n’ai que peu de foi en l’industrie pour laquelle je travaille.

Ce que je ne pouvais pas imaginer, c’est que les médias l’ignoreraient.

Une immense étendue de la Terre est en feu. Les images évoquent l’idée qu’on peut se faire de l’enfer. L’air ambiant est devenu ocre : dans certaines villes, la visibilité a été réduite à 30 mètres. Des navires de guerre se préparent à évacuer les enfants ; certains d’entre eux sont déjà morts asphyxiés. Les espèces partent en fumée à un rythme sans précédent. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit du plus grave désastre environnemental du XXIe siècle – jusqu’à présent.

evacuation-children-Indonesia

Evacuation des enfants sur des navires de guerre alors que certains sont déjà morts asphyxiés

Et de quoi parlent les médias ? De la robe que portait la duchesse de Cambridge à la première du dernier James Bond, de l’ineptie du jour de Donald Trump et de la célébrité éliminée lors de la dernière émission de Danse avec les stars. Le grand débat du moment, qui domine l’actualité dans une grande partie du monde ? Les saucisses grillées sont-elles vraiment cancérigènes!

Ce dont je parle est un barbecue d’une toute autre ampleur. Des feux font rage tout au long des 5000 kilomètres de l’archipel indonésien. Il s’agit indéniablement, selon toute évaluation objective, de l’événement le plus important dans le monde aujourd’hui. Et ce ne devrait pas être seulement un simple chroniqueur, rédigeant un article en pages intérieures d’un journal, qui en parle. Il devrait à la Une de tous les journaux.

Il est difficile de faire comprendre l’ampleur de cet enfer, mais ces comparaisons en donnent une idée : les incendies relâchent dans l’atmosphère plus de monoxyde de carbone que l’ensemble de l’activité économique des États-Unis. En trois semaines, ils ont produit plus de gaz à effet de serre que les émissions annuelles de l’Allemagne.

Mais ce n’est pas tout. Cette catastrophe ne peut se mesurer uniquement en pourcentages. Les feux détruisent des trésors aussi précieux et irremplaçables que les ruines archéologiques nivelées par l’État islamique. Les orangs-outans, les panthères nébuleuses, les ours malais, les gibbons, les rhinocéros et tigres de Sumatra figurent parmi les espèces menacées qui sont chassées de leur habitat par les incendies. Mais des milliers d’autres espèces, si ce n’est des millions, sont également victimes des flammes.

L’une des îles en feu est la Papouasie occidentale, un territoire illégalement occupé par l’Indonésie depuis 1963. J’y ai passé six mois quand j’avais 24 ans, enquêtant sur certains des facteurs qui ont conduit à la catastrophe actuelle. A l’époque, c’était un pays merveilleux, dont chaque marais et vallée regorgeait d’espèces endémiques. Qui peut dire combien d’entre elles ont disparu récemment ? Ces derniers jours, j’ai regardé des photos d’endroits que j’avais connus et adorés, et pleuré en les voyant réduits en cendres.

Les chiffres concernant les émissions de gaz à effet de serre ne suffisent pas non plus à faire comprendre les répercussions qu’ont les incendies sur les populations insulaires. A la suite du précédent épisode de feux de forêts en 2007, l’Indonésie a enregistré une cohorte manquante de 15.000 enfants de moins de 3 ans, dont le décès est attribué à la pollution atmosphérique. Il semble que l’épisode en cours soit bien plus grave. Les masques chirurgicaux distribués dans le pays ne suffiront pas à protéger les habitants recouverts d’un brouillard dense que le soleil ne parvient pas à percer. Les députés du Parlement du Kalimantan (la partie indonésienne de Bornéo) ont été obligés de porter des masques durant les débats. La salle est tellement enfumée qu’ils éprouvent probablement des difficultés à se reconnaître les uns les autres.

Ce ne sont pas seulement les arbres qui brûlent, mais le sol même. Une grande partie des forêts tropicales poussent sur de vastes dômes de tourbe. Lorsque le feu pénètre dans le sol, ces tourbières se consument pendant des semaines, parfois des mois, laissant échapper des nuages de méthane, de monoxyde de carbone, d’ozone et des gaz rares, comme le cyanure d’ammonium. Les panaches de fumée s’étendent sur des centaines de kilomètres, provoquant des conflits diplomatiques avec les pays voisins.

Quelles sont les raisons de ce désastre ? Depuis des décennies, les forêts indonésiennes ont été morcelées par les entreprises des industries forestière et agricole. Des chenaux ont été creusés dans la tourbe pour la drainer et l’assécher. Les entreprises contrôlant les plantations ont ensuite pris le relais pour détruire ce qui reste des forêts en plantant des monocultures d’arbres pour la pâte à papier, la construction et l’huile de palme. La manière la plus rapide de défricher les terres est d’y mettre le feu. Chaque année, ce procédé fait des ravages. Mais dans une année d’extrêmes climatiques liés au phénomène El Niño, comme c’est le cas cette année, tous les ingrédients sont réunis pour une catastrophe environnementale.

Le président indonésien actuel, Joko Widodo, est – ou voudrait être – un démocrate. Mais il préside un pays gangrené par le fascisme et la corruption. Comme le démontre le documentaire de Joshua Oppenheimer, The Act of Killing (L’Acte de tuer), les dirigeants des escadrons de la mort responsables du meurtre de plus d’un million de personnes durant le régime de terreur imposé par Suharto dans les années 1960, avec l’approbation de l’Occident, ont depuis prospéré par le biais d’autres formes de crime organisé, dont la déforestation illégale.

Ces tueurs bénéficient de l’appui d’une organisation paramilitaire comptant quelques trois millions de membres, les Jeunesses Pançasila. Avec leurs tenues camouflage orangées, leur béret rouge, leurs rassemblements empreints de nostalgie et la musique fleur bleue qu’ils affectionnent, ces groupes font penser à une milice fasciste qu’aurait imaginée JG Ballard. Il n’y pas eu de processus de réconciliation et la vérité n’a jamais été officiellement admise. Les assassins sont toujours considérés comme des héros et fêtés à la télévision. Dans certains endroits, en Papouasie occidentale en particulier, les meurtres politiques se poursuivent aujourd’hui encore.

Ceux qui commettent des crimes contre l’humanité ne reculent pas devant les crimes contre la nature. Bien que Joko Widodo semble vouloir mettre fin aux feux de forêt, ses moyens d’action sont limités. Les politiques de son gouvernement sont contradictoires. Il accorde par exemple de nouvelles subventions pour la production d’huile de palme, avec pour conséquence inévitable de nouveaux incendies. Certaines sociétés exploitant des plantations ont promis, sous la pression de leurs clients, de ne plus détruire la forêt tropicale. Les autorités indonésiennes ont vivement réagi, en affirmant qu’un tel engagement nuisait au développement du pays. Et que penser du manteau de fumée qui recouvre l’archipel et qui a déjà coûté quelques 30 milliards de dollars ? Apparemment, ce serait ça le développement.

Notre influence est limitée, mais nous pouvons quand même agir. Certaines entreprises utilisant de l’huile de palme ont fait des efforts tangibles pour modifier leur chaîne d’approvisionnement ; d’autres tardent à agir ou ne communiquent pas sur cette question, notamment Starbucks, PepsiCo, Kraft Heinz et Unilever (cf. infra pour la liste des produits mortifères). N’achetons pas leurs produits tant qu’elles n’auront pas pris les mesures adéquates.

Fin octobre, le président américain Barack Obama a accueilli son homologue indonésien Widodo à Washington. Selon le communiqué officiel, Obama « se félicite des mesures prises par le président Widodo pour combattre et prévenir les feux de forêt ». L’apocalypse environnementale en cours pendant leur entrevue, qui tourne cet engagement en dérision, n’a pas été mentionnée.

Les gouvernements ignorent les problèmes quand les médias les ignorent. Et les médias les ignorent parce que … eh bien, c’est une question avec une multitude de réponses possibles, souvent liées à la problématique du pouvoir. Mais l’une des raisons est l’absence complète de perspective de la part d’une industrie disqualifiée, dominée par les communiqués de presse des entreprises, les séances photos arrangées et les photos de mode, où tout le monde semble attendre que quelqu’un d’autre prenne l’initiative. Les médias ont pris la décision, qui n’en était pas une, de traiter cette catastrophe comme si elle n’avait aucune importance et nous continuerons ainsi à faire comme si de rien n’était.

Lors de la conférence sur le climat à Paris en décembre, les médias, englués dans la sphère intergouvernementale de diplomatie abstraite et de dramatisation, couvriront les négociations en négligeant le plus souvent de se référer à ce qui se passe ailleurs dans le monde. Les discussions se dérouleront dans une bulle à des années lumières de nos préoccupations morales. Et lorsque le cirque médiatique passera au prochain sujet d’actualité, le silence retombera. Existe-t-il une autre industrie que celle des médias qui fournisse des services aussi médiocres à ses clients ?

foret-en-feu-Indonesie

#Cop21cduflan, #Cop21thebigfake

Source

Ndlr Sibylline : se responsabiliser pour ne plus être complice du massacre (source)

L’huile de palme se cache sous ces noms : lien

Produits contenant de la palme ou des dérivés

L’huile de palme et palmiste se retrouvent sous plusieurs formes. Ayant mauvaise presse, les industriels la cache derrière la mention huile ou graisses végétale. Cependant, la loi européenne a changé, sa présence doit être maintenant précisée.

Les industriels transforment aussi ces huiles en dérivés ayant des fonctions spécifiques.

Voici une liste d’exemples de marques et de types de produits pouvant utiliser l’huile de palme et ses dérivés (au moment de l’écriture de cette liste). Par ailleurs il est important de noter que certains produits peuvent évoluer, la liste n’est pas garantie à jour. Il existe des milliers de références !!

Apprendre à dénicher les produit palmés par vous-même

 Biologique, écologique, grande marque ou marque de magasin… La question n’est pas dans la marque mais le type de produits et la composition de chacun…

Sucré-salé

Apéritifs : Pringles, Biscuits Belin, Tuc, Tuiles Auchan et super U, Biscuits Crawford’s, Leclerc – Biscuits crakers à l’emmental (graisse, huile végétale)

Biscottes : Cracottes, Heudebert, Lu, Marque repère, eco +, Pelletier (graisse, huile végétale)

Bouillons et/ou soupes: Nouilles instantanées, Liebig, Maggi, Royco Minute, Herbamar, Knorr, Kub Or Maggi, fond de veau marque repère (graisse, huile végétale). GAYELORD HAUSER Potage (E304)

Céréales: Kellogg’s, Choccapic – Nestlé, Jordans Country Crisp, Crousty choco Auchan (graisse, huile végétale)

Confiseries: KitKat, Quality street- Champs Elysée – Nestlé, Harribo, Celebration, Milka Noël en Famille, Bonbons grand Jury, Skittles  (graisse, huile végétale). Oréo (E304)

Desserts: Profiteroles Chocolat La laitière, Crispy choco Danone, éclairs (pâte à choux et glaçage !)

Friandises chocolatés : Nutella, Balisto, Kinder, Ferrero rocher, Petits dessert et chocolats – lindor – Swiss luxury – lindt, M&M’S, Mentos, finger, Ovomaltine (graisse, huile végétale et matière grasse végétale hydrogéné) 

Fromages : Kirri goûter, Surprises fromagères Brossard (huile végétale)

Gâteaux : Taillefine, BN, Delacre, Napolitains – Palmito – Prince – Pepito – Granola – Paille d’or Lu, Brossard, Marque Repère (Leclerc), Eco +, Auchan et Rick et Rock, Pim’s, Monoprix, fourrés myrtilles – palmiers – Fourré cacao Bjorg, TimTam, Auchan, Biscuits Diététiques Lait Chocolat; Pavot citron; Génération active énergie vitale; Biscuits au lait et au chocolat; Biscuits au soja et à l’orange (Gerblé) (huile ou graisse végétale)

Grignotage :  Pop corn Carrefour, Crêpes Sucrées Daniel Dessai, Barre céréale carrefour Nesquik Balisto, Barre granny L, Bananes Chips Funy, fruits secs (raisins super U)

Glaces : Häagen Dazs (Speculoos – Caramel Biscuit and Cream et Moka & Speculoos), cônes glacés extrême Nestlé, La laitière (E471 à base de palme) , Magnum, Carte d’or (E471 à base de palme), Viennetta Miko  (huile de palmiste, huile végétale ou E471)

Margarines (même celles contre le cholestérol, un comble !) : Toutes. Fruit d’or Proactive, St Hubert,  Primevère, Planta Fin, Fruit d’Or pro-activ et Astra … (graisse, huile végétale)

Pains, brioches, pates à tartes: Beignet Framboise – Brioches- pains au lait Pasquiers, – Pain de mie Doo Wap, Epi d’Or, pâte à tarte-pâte à cookie-pâte à gâteau Herta, Brioche Tressée, Harry’s (Colza et palme RSPO), La Boulangère, Eco +, William Saurin, croissants-pâte à pizza Auchan, Pitch, Monoprix, Herta, Marque Repère (Leclerc), Pain pour hamburger carrefour (huile végétale)

Plats (pizza, quiches, plats préparés) : Nuggets père dodu, Herta, Sodebo, Jean Stalaven, Fleury Michon, Marie, Bonduelle, Regalette, Daniel Dessaint traiteur, Monoprix, quenelles Lustucru, Quiche lorraine Thiriet, lasagnes Leader Price, Maître coq, croissant jambon fromage-tarte poireaux-surimi Auchan, Original Bun’s Mc Cain, Brochette Charal, Paëlla Findus (huile végétale). Pâtes Sodébo, Hachi parmentier Daucy, Feuilletés Auchan (E304), Poêlé bretonne marque repère, croque-monsieur super U (huile végétale, mono et diglycérides d’acides gras, B carotène), Pizza marguerita lepouce/intermarché, raviolis frais Auchan (palmitate d’ascrobyl).

Plats (surgelés) : Pomme de terre sautées-Tortélini (Auchan), Hot-pockets (Maggy)
 
Préparations : Crème chantilly – marque repère (E471) Sauce béchamel – Maggi, Sauce curry – Knorr (pour professionnels), sauce tartare – Amora

Produits laitiers (fromages, laits) et viandes : L’alimentation animale est souvent à base de céréales, de tourteaux et parfois de tourteaux palmistes. (profat)

Lait Infantiles / bébés :  Gallia, blédidèj – Bledilait Blédinel, Nidal nestlé (huile végétale) 

Boissons : Taillefine Fizz, Nestea Pêche-Cappuccino Dolce Gusto, Cappucino soluble Nestlé

Viande : Hamburgers Grillés Végétarien Tivall

Hygiène

Dentifrices : marque repère, Colgate (refus de précisions sur des dérivés : origine végétale ou synthétique)  ceux contenant de la glycérine sont susceptibles d’être palmés (Sodium lauryl sulfate – Sodium laureth sulfate etc..)

Lave vaisselle: ceux contenant des tensioactifs non ioniques peuvent contenir de la palme. Exception trouvée à ce jour : Sonett.

Hygiène : Crème Mixa, mousse à raser (Marque U), Rexona (disteardimonium hectorite  » palmé ») baume lèvre Merck, Marque U, crème Chanel, crème Bulgari, liner Urban Decay, Caudalie, soin du corps Ushuaïa, Sephora, Neutrogéna, Nivéa, Biotherme, L’occitane, Cadum, Lancôme, Lidll, Williams (mousse à raser), Biotherme, Saint Algue, Fragonard, Yves Rocher, Weleda, L’oréal, Yves St Laurent, déodorant Mennen (acide palmitique, palm oil, mirystate d’ispropyl etc…)

Entretien et lessives : toutes sont susceptibles d’être palmés ou presque, les « écologiques » le sont encore plus(agents tensioactifs, agent ionique, agent anionique).Vannish, Ariel, Etamine du Lys, Rainette, Ecover

Savons, shampoings, après-shampoing : Dove, Palmolive, Petit marseillais, Tahiti douche, Ushuaïa, super U, Sanex, Adidas, Garnier, Schwarzkopf, L’Occitane, Timoteï, Head and shoulder’s, Roger Gallet  (Sodium lauryl sulfate- sodium laureth sulfate – ammonium lauryl sulfate – sodium plamate/sodium palmitate).  Bourjois m’a indiqué avoir du lauryl sulfate sodium d’origine du coco.

Beauté: Gel pour les cheveux – L’Oréal, crème pour le corps – Caudalie, crayons à yeux et à lèvres – Zao (hydrogenated palm oil), Mascara beauté Luminelle Noir – Yves Rocher (acide stéarique)

Médicaments : Biafine, Paracétamol (stéarate de magnésium)

Recherches de la BBC (en anglais)

Divers

Encre végétale, bougies, plastiques, caoutchouc, gasoil (plus forte probabilité dans le sud que le nord de la France : le froid le fige)

Grandes enseignes

Boîte à Pizza, Pizza Hut, Domino’s Pizza (fromages, crèmes)

Mac donald’s, Quick (sauces, desserts, pains), KFC (fritures), Subway

Paul, La brioche dorée, pâtes feuilletés dans les boulangeries (fort risques de margarine)

Cappuccino dans les bars (exemple), sauces et purées dans les restaurants.

Il ne faut pas regarder les marques, mais chaque produit pris individuellement 

Quelques produits palmés en photo – Il n’y a pas de liste de produits sans huile de palme

Certaines enseignes n’ont pas répondu aux mails de demandes, elles ont été placées dans la liste


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :