Publié par : Sibylline | octobre 20, 2015

Wallis et Futuna : la mémoire du temps des baleiniers

© WALLIS ET FUTUNA 1ÈRE Chasse au cachalot gravée sur une dent de l'animal

© WALLIS ET FUTUNA 1ÈRE Chasse au cachalot gravée sur une dent de l’animal

20 Octobre 2015 (René Lataste). Le cachalot retrouvé sur le récif de Faioa n’est plus qu’un squelette battu par la houle. Cachalots, baleines, ces monstres marins ont été la proie des baleiniers. Voyage au pays de la mémoire.

Le Pacifique a pendant presque 3 siècles été le terrain de chasse des baleiniers. Baleines et cachalots vivaient en abondance dans les eaux du « grand océan ».

Ils ont été chassés pour leur graisse qui donnait de l’huile, pour l’ambre gris utilisée en parfumerie. En deux siècles, les populations ont été divisées par trois.

Aventuriers et découvreurs

Les équipages des baleiniers ont suivi les navires des premiers explorateurs comme Wallis, Cook ou encore Bougainville.

Les contacts les plus fréquents et les plus suivis ont été ceux des « chasseurs de cétacés« . Plus que ceux établis par les missionnaires.

Ils cherchaient des îles pour se ravitailler et refaire leur réserve en eau. Les récits d’aventures extraordinaires de marins de baleiniers échoués sur des îles, des déserteurs devenus des « écumeurs de plages » sont nombreux.

Ils serviront souvent d’interprètes aux missionnaires et aux capitaines de navires des marines royales françaises ou anglaises.

Ces marins, issus pour la plus part des classes misérables en Europe, découvriront une vie facile et y fonderont leurs familles.

Chasseurs de baleines à Wallis

A Wallis, les traces de ces grandes chasses ne sont pas aussi marquées qu’aux Marquises, à Tahiti ou à Hawaï. Mais elles existent comme le confirme Pascal Nicomète qui anime le Club de plongée « Evasion bleue »: « ils sont venus à Wallis et en tant que plongeur, j’ai d’ailleurs retrouvé un grand nombre d’ancres de baleiniers à des profondeurs de 40 à 45 mètres et surtout du côté de la passe et tout autour de l’îlot des lépreux« . De grandes et lourdes ancres qui équipaient les puissants trois-mâts choisis pour la chasse des énormes cétacés.

Wallis et Futuna restent des zones en dehors des grandes chasses, car ces îles sont trop éloignés des routes maritimes qui donnent vers les grands ports d’exportation.

L’histoire ne révèle pas non plus de sites de dépeçage. Là encore, l’éloignement « protège » les îles des grandes « boucheries » en plein air. Le « chasseur de baleines » s’arrêtait pour récupérer de la nourriture achetée aux habitants : cochons, taros, bananes et fruits divers. Et pour faire le plein de grand tonneaux d’eau claire.

L’animal qui « souffle l’eau de mer »

Le cétacé ne se retrouve pas dans les grands mythes polynésiens de nos îles. C’est un autre poisson qui sera à l’origine du mythe de la fondation d’Uvea. En revanche, les populations ont bien évidemment croisé ces énormes animaux.

Au large de leur île mais aussi lors des traversées d’une île à l’autre, d’un archipel à l’autre: « la terminologie qui correspond à une baleine, c’est « tua pui », l’animal qui souffle de l’eau de mer » explique Mika Tui, historien et directeur adjoint aux Affaires culturelles. Un terme très concret, très visuel qui prouve une observation précise de l’animal.

Le Père Bataillon, dans la deuxième moitié du 19 ème siècle, ne signalera jamais dans ses écrits -pourtant détaillés et prolixes- une quelconque présence de cachalots ou de baleines.

Le seul témoignage d’une présence de ces cétacés se trouve dans la vitrine du musée de Saint-Pierre Chanel à Poï, à Futuna. Il s’agit d’une dent de cachalot. La sacristine du lieu se rappelle : « J’étais jeune. Elle a été rapportée -avec les ossements du Père Chanel par des fidèles des îles des Samoa ». Cette dent avait été offerte au saint de son vivant.

C’était un cadeau apprécié à l’époque dans les îles. Apprécié par sa rareté.
Un collier en dents de cachalot sera trouvé par hasard dans un terrain agricole de Wallis. Un autre a été signalé à Futuna.

Les temps anciens des grandes chasses est révolu. Mais l’échouage de ce cachalot prouve que l’animal aux dimensions hors-normes suscite toujours le même intérêt, la même fascination

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :