Publié par : Sibylline | octobre 16, 2015

Un grand requin blanc pêché au large de St-Paul, une capture qui fait réagir (île de la Réunion)

grand-requin-blanc-la-Reunion16 Octobre 2015. Hier aux alentours de 5h30, un grand requin blanc de 3,90 m – pesant environ 350 kilos – a été prélevé dans la baie de Saint-Paul à la palangre verticale. Cette capture a été réalisée dans le cadre du projet Cap Requins 2. Il s’agit d’une pêche atypique, jugée « exceptionnelle ». Selon le Comité régional des Pêches, c’est la 1ère fois que cette espèce est formellement identifiée à La Réunion. La dissection de ce spécimen est réalisée ce vendredi.

Jeudi 15 octobre, un grand requin blanc a été détruit dans la baie de Saint-Paul à la palangre verticale. Cette capture est jugée « exceptionnelle » (Ndlr Sibylline : quand on appâte si près des côtes, il ne faut pas s’étonner de voir des prédateurs !) et atypique. L’animal est depuis placé dans une chambre froide et une autopsie de ce grand requin blanc est prévue ce vendredi.

Un grand requin blanc formellement identifié 

Hier lors de la débarque du requin au Port de la Pointe des Galets, l’identification de l’espèce a été confirmée.

Le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de La Réunion a également précisé – par voie de communiqué – que c’est la première fois que cette espèce est « formellement identifiée à La Réunion ».

Comme précisé hier, cette capture a été réalisée sur un engin de pêche du programme expérimental de pêche ciblée de requins côtiers – Cap Requins 2 – , situé à 300 mètres du littoral et par 16 mètres de profondeur.

« A la remontée de la ligne,le pêcheur a découvert un requin de grande taille et d’identification inconnue par rapport aux espèces rencontrées habituellement autour de La Réunion » précise le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de La Réunion.

Ce grand requin blanc montrait des signes avancés de fatigue, après s’être emmêlé dans la ligne lors de sa capture et il se trouvait également près des côtes. Pour ces raisons, le Comité des Pêches a décidé de le tuer, malgré son statut d’espèce protégée.

« Ce requin était en mauvais état, il était agonisant. Et le principe de Cap Requins 2 (Ndlr Sibylline : mission de service privé financé par l’argent public, rappelons-le), c’est que dès lors que l’on se retrouve avec une capture qui est agonisante – et donc qui ne peut pas être relâchée viable dans le milieu -, nous la prélevons (doux euphémisme !) . C’est une mesure de précaution (Ndlr Sibylline : de précaution de quoi ? Il pourrait être dangereux au cas où il ressusciterait ???) que nous assumons au sein du Comité régional des pêches«  explique Ludovic Courtois, Secrétaire général du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de La Réunion.

Le CRPMEM a décidé de prélever ce grand requin blanc à des fins scientifiques 

En raison de la taille de ce grand requin blanc mais également à cause de son état agonisant (Ndlr Sibylline : combien de temps l’animal a-t-il agonisé ? Le principe théorique de ce programme de destruction n’est-il pas d’être averti de la moindre prise afin d’intervenir rapidement s’il s’agit d’une prise accessoire protégée ?), il a été décidé de prélever ce squale.

De plus : en raison de « la faible profondeur du lieu de capture ainsi que sa proximité avec les lieux d’activités nautiques et touristiques de l’île dans un contexte de début de vacances scolaires, le CRPMEM de La Réunion a décidé par mesure de précaution de procéder son prélèvement et à sa valorisation scientifique aux fins d’une meilleure connaissance de l’espèce, d’analyses génétiques, de la recherche de connectivité avec l’état des populations et de compréhension des comportements alimentaires... » précise le Comité régional des pêches (« Que c’est beau !!!« ).

La présence de requins blancs au large de La Réunion déjà relatée 

Le comité Régionale tient à préciser que la présence de requins blancs aux abords des côtes de La Réunion avait déjà été relatée.

« Nous avons beaucoup d’affaires de requins blancs qui ont été relatées au large de La Réunion mais nous n’avions jamais eu – officiellement – cette identification » précise Ludovic Courtois.

Cette espèce est connue pour « sa faculté à se déplacer sur de très grandes distances en océan Indien, comme l’ont montré les suivis d’individus marqués entre l’Afrique du Sud et l’Australie, via les Mascareignes ».

Il faut également préciser que le grand requin blanc bénéficie de la protection de 4 grandes conventions internationales. Il a rejoint le requin-baleine et le requin-pèlerin sur l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites).

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :