Publié par : Sibylline | juillet 1, 2015

L’US Navy veut contrôler l’océan

Illustration de l'ACTUV. © ACTUV

Illustration de l’ACTUV. © ACTUV

1er Juillet 2015. La marine américaine est en train de travailler sur le projet «ACTUV», un drone sous-marin sans pilote qui pourrait débusquer des véhicules immergés ennemis. Il pourrait être un outil stratégique pour connaître les positions des autres nations.L’US Navy souhaite avoir un train d’avance. Elle teste actuellement un drone robotisé qui serait capable de repérer, de manière autonome, des sous-marins fonctionnant au diesel. Initialement conçu par l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense américaine (DARPA), le projet «ASW Continuous Trail Unmanned Vessel» (ACTUV) a été conçu pour débusquer les nouvelles générations de sous-marins silencieux, que la Russie et la Chine ont annoncé détenir, selon le «Business Insider».

Pour accomplir sa mission, le projet ACTUV s’est organisé autour de trois objectifs principaux : surpasser de vitesse les sous-marins actuels, naviguer en accord avec la règlementation maritime, et suivre avec précision les sous-marins diesel indépendamment de leur emplacement.

Un élément stratégique

Jusqu’à présent, les tests de ce drone sous-marin ont été prometteurs. Selon le site «Defense One», il aurait déjà montré sa capacité à naviguer de manière autonome en évitant des navires dans une zone présentant des obstacles naturels. Si la DARPA arrive à concrétiser sa «taupe», elle pourrait offrir à la marine étasunienne un outil efficace pour repérer les sous marins diesel russe ou chinois, qui sont moins cher à fabriquer que leurs homologues à propulsion nucléaire.

«La menace des sous-marins diesel pourrait augmenter rapidement car les derniers modèles vont être dotés de systèmes à propulsion améliorés ainsi que de batteries lithium-ion, qui les rendront encore plus silencieux et difficile à débusquer», indique l’expert militaire Franz-Stefan Gady. En créant l’ACTUV, l’US Navy espère alors être en mesure de suivre avec plus de précision la prolifération des sous-marins diesel. «Il sera capable de transiter par lui-même à travers des milliers de kilomètres sous l’océan et il pourra agir pendant des mois», indique Franck Drennan, le directeur d’un programme à la DARPA.

darpa

Ed Sibylline : Principe de fonctionnement (source) :

La navigation sera effectuée en utilisant une combinaison d’intelligence artificielle et des capteurs embarqués, qui comprennent l’électro-optique, à long terme et radars à longue et courte portée, et LIDAR (Light Detection And Ranging). Un ensemble de capteurs sous-marins fournit une détection longue portée des sous-marins tout en réduisant les faux positifs. Une fois l’ACTUV fixé sur sa cible, il utilise une paire de sonars actifs haute fréquence avec chevauchement de couverture afin d’améliorer son système de suivi et de précision, tandis que le déploiement d’un magnétomètre fournit des informations supplémentaires sur les activités de la cible. De près, il sera en mesure de déterminer la marque et le modèle du sous-marin en prenant une image acoustique avec un sonar à très haute fréquence.

Autre réalité (source) : Ces engins automatisés remplaceraient les navires ou sous-marins habités normalement chargés de l’observation des sous-marins étrangers. Mais la guerre anti-sous-marins (ACTUV) utiliserait davantage un sonar actif de ping bruyamment les profondeurs de l’océan et de revenir sur les échos de sous-marins, plutôt que d’opter pour l’approche furtive d’un vaisseau habité.

On vous explique l’avenir de la faune marine ?

Video-game

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :