Publié par : Sibylline | juin 9, 2015

Un requin géant peuplait les océans il y a 100 millions d’années

Illustration : Taille probable du Leptostyrax macrorhiza/Frederickson et al.

Illustration : Taille probable du Leptostyrax macrorhiza/Frederickson et al.

9 Juin 2015 (Brice Louvet). De récents fossiles révèlent qu’un requin géant de la taille d’un immeuble de deux étages, soit plus de 6 mètres de long, rôdait dans les eaux peu profondes il y a 100 millions d’années.

Leptostyrax macrorhiza, de son petit nom, peuplait les océans il y a 100 millions d’années. Le monstre antique aurait été découvert « par accident » en 2009 près de Fort Worth, au Texas, par Joseph Frederickson, candidat au doctorat en écologie et biologie évolutive à l’Université de l’Oklahoma.

Il y a environ 100 millions d’années, la région abritait une mer peu profonde. Elle est aujourd’hui le cimetière d’une myriade d’invertébrés marins fossilisés, comme des ammonites. En se promenant sur le site avec sa petite-amie (aujourd’hui sa femme), Frederickson trébucha sur un rocher et remarqua une grande vertèbre qui sortait du sol. En creusant, ils ont ainsi découvert plusieurs de ces vertèbres, mesurant chacune 11.4 centimètres de diamètre.

Après analyses de ces ossements, il s’avère que Leptostyrax macrorhiza appartenait à la lignée des Lamniformes, un ordre de requins qui inclut les plus connues des espèces de requin comme le grand requin blanc, le requin-tigre, et des espèces extrêmement rares comme les requins grande gueule.

Il semblerait donc que les pliosaures, qui pouvaient mesurer jusqu’à 2 mètres de long, n’aient pas été les seuls grands prédateurs à régner dans les eaux du Mésozoïque (des périodes du Jurassique à Crétacé). Nos océans grouillants de vie à l’époque abritaient ainsi d’autres grands prédateurs.

Notons que le plus grand prédateur des mers connu à ce jour reste le mégalodon (Carcharodon megalodon), une espèce éteinte de poisson qui vivait il y a approximativement 28 à 1,5 millions d’années, durant le Cénozoïque, de la fin de l’Oligocène au début du Pléistocène, et donc durant tout le Miocène et Pliocène. Les restes fossilisés (dents et vertèbres) suggèrent que ce requin géant atteignait une taille maximale de 15 à 17 voire 18 mètres.

Réf. : Frederickson JA, Schaefer SN, Doucette-Frederickson JA (2015) A Gigantic Shark from the Lower Cretaceous Duck Creek Formation of Texas. PLoS ONE 10(6): e0127162. doi:10.1371/journal.pone.0127162

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :