Publié par : Sibylline | avril 25, 2015

Une chaîne humaine sur la plage de l’Ermitage pour protéger la réserve marine

Imaz press

Imaz press

25 Avril 2015. A l’appel du collectif « p’Réserve nout récif », environ 500 personnes ont formé une chaîne humaine sur la plage de l’Ermitage pour montrer leur attachement à la préservation de la réserve marine naturelle de La Réunion. Le rassemblement – présenté comme « pacifique, sans amalgame, ni polémique » par les organisateurs – s’est déroulé en grande partie dans le calme, avant d’être perturbé sur la fin par quelques membres de collectifs d’usagers de la mer.

« La réserve marine est un garde manger pour les requins. Il faut donc la démanteler pour arrêter les attaques. » C’est pour faire face à ce genre de déclaration que le collectif « p’Réserve nout récif » a décidé d’organiser la mobilisation de ce samedi après-midi.

« La réserve a été créée en 2007. Et avant de voir la restauration complète de l’écosystème, il faut attendre minimum 15 ans. Nous sommes loin du résultat. Les stocks sont faibles et il n’est pas fondé d’incriminer la réserve. […] Elle est le fruit d’une concertation démocratique. Les Réunionnais ont voulu restaurer ces fonds marins de La Réunion. Nous avons voulu fédérer du monde autour de cette idée de conserver un patrimoine réunionnais », assurent Clément Queynnec et Stéphanie Sorby, deux des organisateurs à l’origine du rassemblement.

La chaîne humaine formée tout au long de la plage de l’Ermitage a réuni des parents, des étudiants, des scientifiques, des surfeurs et des lycéens. Une « majorité silencieuse » qui a décidé cette fois-ci de prendre la parole. « La semaine dernière, il y a eu de nombreuses manifestations spontanées motivées par la colère. Lorsqu’on est aveuglés par la colère, on peut prendre des décisions impulsives. Nous ne voulons pas entrer dans ce débat là, mais affirmer notre soutien à la réserve marine et le fait que nous sommes en opposition à toute modification des mesures de sécurité environnementales », explique Matthias Boyer, co-coordinateur des jeunes écologistes de l’île de La Réunion.

« On ne pensait pas que la réserve pourrait être touchée à ce point dans le cadre de la crise requin. Le but de notre mouvement est de créer un moyen de fédérer toutes ces personnes que nous n’avons pas entendu jusqu’à présent et qui partagent une opinion commune. J’ai la conviction que c’est un patrimoine à protéger pour nous et pour nos enfants », ajoute Estelle. Cette membre du collectif p’Réserve nout récif regrette notamment l’annonce faite par la ministre de l’outre mer George Pau-Langevin d’autoriser la pêche aux requins dans les zones de protection renforcée.

Malgré une revendication de « parler avec le coeur et de ne pas faire de polémique », la mobilisation a été perturbée à la fin par trois membres des collectifs Rend a nou la mer et Stop Massacre 974 qui ont tagué « ELIO » sur la bannière du collectif p’Réserve nout récif. Ils estiment que cette manifestation en respecte pas la mémoire du jeune surfeur de 13 ans, moins de deux semaines après l’attaque mortelle de requin dont il a été victime. De leur côté, les personnes à l’origine du rassemblement assurent qu’il a été organisé uniquement en réaction aux déclarations faites par le ministère des Outre-mer.

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :