Publié par : Sibylline | avril 11, 2015

Boyardville (île d’Oléron) : les Zadistes contre le projet de super parc à huîtres en eau profonde (Charente-Maritime)

© Valérie Pretot, FTV Des banderoles installées en fin de matinée sur le port de Boyardville.

Des banderoles installées en fin de matinée sur le port de Boyardville. © Valérie Pretot, FTV

Samedi 11 Avril 2015. Boyardville, nouvelle Zone Aquatique à Défendre ? Des zadistes sont arrivés en début d’après-midi sur l’ile d’Oléron. Ils entendent marquer leur opposition au projet de création d’un immense parc à huîtres sur filières dans la baie de la Maleconche. 

Difficile d’évaluer leur nombre exact, mais, selon notre équipe présente sur place ce matin, ils étaient une vingtaine.
Une vingtaine de zadistes venus principalement de Toulouse et d’Agen qui se sont installés dans les anciens locaux du lycée Cepmo à Boyardville sur l’île d’Oléron.

C’est là qu’ils entendent créer leur nouvelle ZAD, baptisée Zone Aquatique à Défendre. L’objet de leur opposition c’est le projet de création d’un parc de 252 hectares dédié à la production industrielle d’huîtres et de moules en eau profonde, au cœur de l’anse de la Malconche (lire notre article). Un projet qui le 4 mars dernier a reçu l’aval de la préfète de Charente-Maritime qui en a signé l’arrêté d’autorisation

Dans un communiqué de presse, les zadistes le qualifient « de grand projet inutile issu d’une logique productiviste (…) dépassé depuis que nous avons conscience des limites de notre planète« .

Sur place, leur présence ne fait pas que des heureux et notamment du côté des commerçants qui craignent pour leur saison touristique.

Les zadistes sont actuellement retranchés dans l’établissement désaffecté; les gendarmes sont sur place mais ne peuvent dans le bâtiment comme le rapportent nos confrères de France Bleu La Rochelle.

Cette ZAD est la seconde en Charente-Maritime. Depuis le 31 décembre, d’autres militants sont également mobilisés à Echillais contre un projet d’incinérateur.

Ndlr Sibylline : l’APLIMAP (Association pour la Préservation du Littoral de la Maleconche et des Pertuis charentais) est à l’origine du premier recours au Tribunal Administratif de Poitiers contre le projet, recours gagné en Janvier 2014. Malgré le résultat de la consultation publique (77 % d’avis négatifs) qui a lieu du 15 septembre au 31 octobre 2014 et un courrier au Préfet au mois de Février 2015, le projet est passé en force le 4 Mars dernier. Un deuxième recours est actuellement en attente de jugement. Si l’on ne peut que soutenir l’action de l’APLIMAP, il est étonnant de voir qu’elle propose l’implantation du projet dans les pertuis bretons, lieu davantage éloigné de la côte. D’un point de vue environnemental, c’est une aberration car cela n’éliminera pas les 600 tonnes de rejets journaliers.

Anse-Malconche

Plus d’infos (merci Dédé 😉 ) : Jugement et requérants (lien)

Référé 23 Octobre 2012 (lien)

Ordonnance 18 Novembre 2013 (lien)

Mise au point UNN 01/07/2014 (lien)

Communiqué UNAN-CN 17 Juillet 2014 (lien)

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :