Publié par : Sibylline | novembre 29, 2014

Scénarios du pire (Canada)

Un déversement à Cacouna souillerait rapidement une grande partie du littoral. Photo : Agence France-Presse

Un déversement à Cacouna souillerait rapidement une grande partie du littoral. Photo : Agence France-Presse

Un déversement de pétrole à Cacouna souillerait la rive sud

Samedi 29 Novembre 2014 (Alexandre Schields). Un déversement de pétrole qui surviendrait au futur port d’exportation de Cacouna risquerait de souiller plus de 100 kilomètres de côtes le long de la rive sud du Saint-Laurent, et ce, en à peine cinq jours. Et toute opération de nettoyage serait très compliquée en cas de présence de glace. C’est ce que conclut un rapport portant sur des « scénarios de déversement » produit pour TransCanada et dont Le Devoir a obtenu copie.

Le document de 16 pages a été rédigé par la SIMEC, une entreprise privée qui appartient à plusieurs des grandes pétrolières canadiennes et dont le rôle est de« fournir des services d’intervention maritime en cas de déversement pétrolier ». Son expertise est d’ailleurs reconnue par Transports Canada.

La SIMEC a élaboré deux « scénarios de déversement ». Dans le premier cas, le pétrole des sables bitumineux serait déversé dans le secteur de Cacouna à la suite d’un incident qui se produirait au bout du quai que TransCanada veut construire, soit à une distance de « 800 mètres » du rivage.

La marée noire modélisée par la SIMEC est toutefois relativement limitée, puisque le scénario fixe à 14 000 tonnes la quantité de pétrole déversé, et ce, sur une période de 12 heures. Les quelque 175 pétroliers qui viendront s’amarrer chaque année à Cacouna pourraient transporter jusqu’à 200 000 tonnes de brut, soit 14 fois plus de pétrole. Le gouvernement fédéral permet cependant aux pétrolières de se doter d’une capacité d’intervention limitée à 10 000 tonnes de pétrole.

Reste que ce déversement souillerait rapidement une grande partie du littoral.« L’analyse de la trajectoire du déversement, fournie par Énergie Est, indique que dans des eaux libres de glace, le pétrole se propagera à l’extérieur du voisinage immédiat du quai et qu’il pourrait toucher de 60 à 90 km de rivage le long de la rive sud du fleuve Saint-Laurent cinq jours après le déversement initial », peut-on lire dans le document daté du 30 juillet 2014.

Une illustration des rivages affectés démontre que la rive sud serait touchée de Rivière-du-Loup à Rimouski. Dans le secteur de Cacouna, des zones naturelles protégées abritant des espèces menacées seraient engluées par le pétrole. L’île Verte serait quant à elle encerclée de brut. Même chose pour l’île aux Basques, reconnue comme une réserve ornothologique. La marée noire frapperait également le parc national du Bic, ainsi que l’île du Bic.

Dans son rapport, la SIMEC insiste surtout sur ce qui surviendrait en cas de présence de glace — au mois de mars en fait —, ce qui est une réalité pendant au moins trois mois par année dans ce secteur. « La présence de glace complique la situation et rend incertains le sort et le comportement du pétrole déversé, ce qui doit être pris en compte dans l’élaboration des options d’intervention », souligne d’ailleurs l’entreprise.

« Les mouvements des marées et des courants causeraient l’entraînement du pétrole sous la glace de rivage et la glace flottant librement en plus de pousser le pétrole sur la surface de la glace », note aussi la SIMEC.

L’entreprise soutient toutefois que le déploiement des équipes d’intervention se concrétiserait rapidement, notamment pour contenir le pétrole et commencer le nettoyage. « La réglementation applicable a été élaborée pour les cas de déversement en milieu marin libre de glace », rappelle néanmoins le rapport à deux reprises.

Un autre scénario, élaboré lui aussi en présence de glace, se base sur un déversement de 20 000 tonnes de brut dans le secteur de l’île Rouge, située au large de l’embouchure du fjord du Saguenay, en plein coeur du Saint-Laurent. Les pétroliers qui se rendraient à Cacouna passeraient près de ce secteur caractérisé par la présence de hauts-fonds.

La SIMEC estime qu’en raison de la présence de glace et de la température, la dispersion serait « minime ». On n’en évalue pas moins que « le pétrole pourrait toucher de 60 à 90 kilomètres de rivage le long de la rive sud du fleuve Saint-Laurent cinq jours après le déversement initial ». Fait à noter, aucune municipalité riveraine du Saint-Laurent ne possède de plan d’urgence en cas de marée noire.

Scénario optimiste

Chercheur en écotoxicologie marine à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski, Émilien Pelletier a consulté le rapport obtenu par Le Devoir. S’il juge que le document constitue une bonne « base » de travail, il estime toutefois que la SIMEC est « très optimiste » lorsque vient le temps d’expliquer le déroulement des opérations de nettoyage d’une telle marée noire.

Il rappelle ainsi qu’il existe de grandes « variabilités » d’une année à l’autre dans le couvert de glace dans cette portion de l’estuaire du Saint-Laurent. « Lorsqu’il y a de la glace, il est à peu près impossible de penser à récupérer d’aussi grandes quantités de pétrole. Et au mois de mars, ce qui est le scénario du rapport, nous pouvons être en période de débâcle. En quelques jours, la glace peut disparaître et le pétrole peut se disperser beaucoup plus loin que ce qui est indiqué dans le document. »

La puissance et la direction des vents pourraient compliquer encore plus la tâche, sans compter la force des marées. De toute façon, insiste M. Pelletier, « il n’existe aucun scénario de dispersion clairement établi pour le pétrole. Et on ne sait pas comment se comporterait le brut des sables bitumineux dans les eaux du Saint-Laurent. Les incertitudes sont très nombreuses ».

Le premier ministre Philippe Couillard a lui-même reconnu le mois dernier que le Québec n’avait pas encore de stratégie pour intervenir en cas de marée noire dans le Saint-Laurent. Son gouvernement n’en a pas moins manifesté son enthousiasme envers le projet de TransCanada.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :