Publié par : Sibylline | octobre 26, 2014

LE HOURDEL Heureux comme des phoques qui retournent dans l’eau (Somme)

6 jeunes phoques remis à l’eau

6 jeunes phoques remis à l’eau

Devant des centaines de spectateurs, dimanche, six phoques ont retrouvé la baie de Somme, sur la plage du Hourdel, après des soins prodigués dans un centre exploité par Picardie nature.

26 Octobre 2014. Dimanche, réveil en fanfare à Soissons. Béatrice a fait trois heures de route avec sa fille et ses deux petits enfants, de 9 et 7 ans, pour voir la remise à l’eau des phoques au Hourdel. « Je voulais vraiment qu’ils assistent à ça  » raconte cette grand-mère, les fesses calées sur les galets. Les Soissonnais n’étaient pas seuls. Il y avait plusieurs centaines de personnes agglutinées sur la plage du petit port de Picardie maritime. Davantage de monde que les années précédentes. Pour la première fois, un espace était dédié aux enfants, souvent malheureux de ne rien voir. Ils étaient aux premières loges, cette fois, juste contraints de ne pas gigoter et de taire leur impatience. Des bénévoles de Picardie nature, l’association qui récupère, soigne ces animaux et les remet à l’eau, arpentaient la grève, répondant aux nombreuses questions et réclamant un peu de silence pour éviter d’effrayer les phoques.

De leur côté, les adultes ont dû jouer des coudes ou se mettre sur la pointe des pieds, pour voir les parrains ouvrir les caisses et les phoques en sortir. Plus ou moins rapidement, regardant à droite, à gauche, ces milliers d’yeux les fixant, d’appareils photo et de caméra les immortalisant. Ils étaient six, baptisés de noms de fleuves (*) ; un septième, Limpopo, ayant été jugé encore un peu faiblard pour pouvoir rejoindre la colonie de veaux-marins de la Baie de Somme (la plus importante colonie de France de cette espèce). Juste récompense, les parrains, qui ont financé les soins, ont donc eu le privilège d’ouvrir les caisses déposées sur le sable et de voir leur protégé rejoindre la mer, dont ils n’étaient distants que de quelques mètres. Ces phoques sont équipés d’une plaque de couleur sur le crâne, permettant à Picardie nature de suivre leur comportement, le temps que cette calotte résiste à la mer.

(*) Garonne, Mississipi, Tana, Nil, Authie, Léna.

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :