Publié par : Sibylline | septembre 30, 2014

Cap requins se déploie aux Roches Noires (île de la Réunion)

cap-requins-roches-noires30 Septembre 2014. Après neuf mois d’expérimentation en baie de Saint-Paul, le programme Cap Requins s’étend au site des Roches Noires à partir de ce mardi 30 septembre 2014 pour une durée test de trois mois. Deux « smart drumlines » ont été installées à un peu plus de 300 mètres du littoral de Saint-Gilles-les-Bains, avec l’objectif de contribuer à la sécurisation du site, en plus des filets de baignade. À terme, ce dispositif de capture et « d’effarouchage » (Ndlr Sibylline : ce serait « effarouchement » et d’une et y aurait-il difficulté à assumer que les squales sont tués et que la destination finale (pâtée pour chiens dans le cadre de la revalorisation des carcasses exemptes de ciguatera) ne sert qu’une minorité de réunionnais, de deux) des squales devrait également être déployé au large de Boucan Canot, mais aussi utilisé par d’autres communes comme Saint-Pierre ou Saint-Benoît.

Il y avait quatre « smart drumlines » en baie de Saint-Paul depuis le début du mois de janvier 2014, il y en a désormais deux de plus au large du site des Roches Noires, face au port de Saint-Gilles-les-Bains, l’une à 350 mètres l’autre à 400 mètres du littoral. Ce déploiement de deux engins de pêche supplémentaires, équipés eux aussi d’un système alerte en temps réel en cas de capture, marque une nouvelle étape dans l’expérimentation du programme Cap Requins.

« Le but reste de suivre et de comprendre la capturabilité des requins par les différents engins de pêche pour une gestion du risque », explique David Guyomard, chargé de mission au pôle scientifique du comité régional des pêches. « Après neuf mois en baie de Saint-Paul, on arrive là sur un site différent, davantage dans des conditions opérationnelles. L’idée c’est vraiment d’avoir un deuxième site expérimental pour pouvoir confirmer ou infirmer les premières tendances qu’on a pu observer en baie de Saint-Paul », poursuit-il.

Sur ces tendances, et notamment sur l’attractivité ou non des drumlines sur les squales, les acteurs de Cap Requins – le comité des pêches, la ligue de surf, l’association PRR – ne veulent pas trop s’avancer, dans l’attente des conclusions  du comité scientifique qui devraient être dévoilées prochainement. « Ce qu’on peut dire, c’est que depuis neuf mois on a des dispositifs qui permettent de pêcher les deux espèces ciblées (tigres et bouledogue, ndlr) et qui permettent de pouvoir intervenir rapidement en cas de capture et de libérer les espèces qui ne sont pas ciblées avec un taux de survie aux alentours de 93 % », affirme David Guyomard.

Ndlr Sibylline : l’opacité la plus totale existe en la matière ; le contribuable finançant ces opérations, un site Internet devrait permettre au public de voir les balises se déclencher en temps réel lorsqu’il y a prise. Or, il n’en est rien, nous sommes tenus de croire ce que l’on nous raconte !. Quant à l’indépendance des résultats, condition sine qua non pour qu’une publication scientifique (au sens non galvaudé) soit recevable…

Il confie également que « la grosse tendance, c’est que le comportement des requins en baie de Saint-Paul est très indépendant de la présence ou non des appâts ».

Ndlr Sibylline : en médecine, on dissocie les traitements symptomatiques, qui s’adressent aux symptômes, de ceux dits étiologiques : l’origine du mal. Inutile d’indiquer que le traitement étiologique est davantage garant de la disparition de la pathologie puisque l’on s’y attaque directement. Peut-être serait-il judicieux d’expliquer aux grands « spécialistes » des requins, en charge de leur destruction actuelle (et des prises accessoires) que l’origine des accidents des requins est à chercher du côté anthropique ? Certes, cela remettrait en cause beaucoup de monde. Les requins, eux, présentent l’avantage de ne pas s’exprimer, surtout lorsqu’ils sont morts !

Autre info (30/09/2014) 7 % de fréquentation en moins dans les hôtels à La Réunion (lien) : « Le secteur du tourisme apparaît de plus en plus sinistré et ce n’est pas la faute aux requins. »

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :