Publié par : Sibylline | septembre 30, 2014

Accueil glacial pour la nouvelle commission européenne

30 Septembre 2014. Suite aux élections européennes du mois de mai 2014 et à la nomination du luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la présidence de la nouvelle Commission européenne, ce dernier a pendant l’été présenté son équipe. Début septembre, dix ONG européennes, regroupées sous le nom GREEN 10, ont appelé les parlementaires européens à bloquer la Commission Junker considérant qu’elle risque de mettre à mal plusieurs décennies de politiques environnementales.

Le jeudi 25 septembre, six ONG françaises, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), le WWF France, France Nature Environnement (FNE), Greenpeace, les Amis de la Terre et WECF France ont à leur tour exprimé leurs profondes craintes.

Le premier point mis en avant est la nomination du maltais Karmenu Vella au poste de commissaire en charge de l’Environnement, des Affaires maritimes et de la Pêche qui aura entre autres pour mission de procéder à une évaluation des directives Oiseaux et Habitats. Or les ONG font remarquer que Malte est un pays condamné par la Cour Européenne de Justice pour non-respect de la directive Oiseaux.

Le deuxième point est lié au titre de la vice-présidence « Energie » qui n’intègre pas la partie climat et à l’absence d’une vice-présidence « Développement durable ». Ainsi, l’environnement va dépendre directement du vice-président à l’Emploi, la Croissance, l’Investissement et la Compétitivité. Et, autre signal inquiétant, les commissaires en charge de l’environnement et de la santé devraient voir leurs compétences réduites.

Pour les ONG, le Parlement européen est le dernier recours pour bloquer ces orientations négatives, et elles appellent « le Parlement européen à réagir avec force et à exiger que la Commission européenne non seulement préserve les acquis environnementaux mais inscrive l’environnement, le développement durable et la santé publique au cœur des politiques européennes ». Plusieurs points sont principalement demandés par les ONG :

  • la nomination d’un vice-président au Développement Durable,
  • un vice-président à l’Energie et au Climat (et pas uniquement à l’énergie) avec une lettre de mission qui intègre la lutte contre les changements climatiques,
  • le rétablissement d’un portefeuille pleinement consacré à l’environnement au sein de laCommission européenne,
  • la révision du mandat du commissaire à l’Environnement

 La date de publication de ce communiqué par les six ONG françaises n’est pas anodine. En effet, du 29 septembre au 7 octobre les 27 commissaires candidats à la nouvelle Commission Juncker seront audités par les commissions parlementaires. Suite à cela, le Parlement européen procédera à un vote le 22 octobre pour approuver ou recaler la nouvelle équipe.

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :