Publié par : Sibylline | septembre 24, 2014

Le ramassage des coquillages, dans la baie de txingudi, est interdit pour la 7e année consécutive (Espagne)

Des amateurs collectent des moules en 2007 à Hondarribia. / LA HERA

Des amateurs collectent des moules en 2007 à Hondarribia. / LA HERA

Vendredi 24 Septembre 2014 (Juanma Velasco). Les derniers échantillonnages de moules prélevés par l’Azti-Tecnalia révèlent qu’il existe des niveauxencore plus élevés de bactéries fécales autorisées.

Saint Sébastien – Pour la septième année consécutive la  baie de Txingudi, à Hondarribia, restera fermée à la pêche aux coquillages. La seule zone de récolte de mollusques bivalves en Gipuzkoa, restera malheureusementfermée, pour les fans de la collecte de palourdes, qui attendent depuis 1 an l’ouverture ou l’interdiction de la collecte à partir du 1er octobre. Les dernières analyses réalisées dans la zone  par les experts d’Azti-Tecnaliaont, de nouveau, révélé des niveaux plus élevés de bactéries fécales que ne l’autorise la loi au niveau de la consommation humaine de bivalves. L’origine de cette contamination reste un mystère.

Dans ce contexte, le Département du Développement et de la compétitivité économique, qui inclue à présent l’aire de la pêche, publiera, lundi prochain, une ordonnance au Bulletin officiel du Pays Basque où l’interdiction entrera en vigueur, afin de prévenir d’éventuelles intoxications de la consommation de coquillages. Outre l’annonce du gouvernement basque, le commandement de la Marine de San Sebastian (l’autorité compétente de l’État au niveau de l’estuaire de la Bidassoa) ne délivrera, cette année, aucune autorisation pour la collecte de fruits de mer dans cette zone.

C’est ce que les rapports d’Azti-Tecnalia recommandent. « Les concentrations de bactéries E. coli dans les mollusques bivalves ont des degrés supérieurs à la limite autorisée », dit Ohiana Solaun, chercheuse d’Azti-Tecnalia qui est chargée du suivi de ce problème. L’experte souligne que, selon les normes, pour lever l’interdiction il faudrait que 90% de ces dix dernières prélèvements -la moule est utilisée comme espèce sentinelle- reflète une concentration d’E. Coli inférieure aux seuils fixés pour la consommation humaine des mollusques, ce qui est loin  d’être le cas.

Le ramassage des coquillages à Txingudi restera donc fermé cette année encore  et ce tout le long de l’estuaire, à l’exception de l’embouchure et jusqu’au bout de l’aéroport, classé comme zone C. Cela signifie,dans la pratique, l’interdiction de ramasser des crustacés parce que, conformément à la législation actuelle,pour pouvoir être propres à la consommation, les palourdes collectées devraient être réintroduites dans une zone A (totalement propre) pour leur purification. Cette zone n’existe pas dans les environs. Les personnes qui violeront cette interdiction sont passibles d’amendes jusqu’à 300 euros.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :