Publié par : Sibylline | août 22, 2014

Un baleinier japonais retenu par la Russie

Manœuvres de la marine russe au large de l’ile de Sakhaline. Alexei Nikolsky/ASSOCIATED PRESS

Manœuvres de la marine russe au large de l’ile de Sakhaline. Alexei Nikolsky/ASSOCIATED PRESS

22 Août 2014 (Dorian Malovic). Les représailles russes aux sanctions votées par les pays occidentaux lors du rattachement de la Crimée à la Russie en mars dernier, ont des répercussions jusqu’au Japon, qui s’est associé à ces sanctions.

D’ordinaire il n’y aurait pas eu une ligne dans les journaux à la suite de l’incursion d’un baleinier japonais dans les eaux territoriales russes. L’affaire aurait été réglée à l’amiable. Mais aujourd’hui le contexte est différent. La Russie ne laisse rien passer à tous les pays qui ont voté des sanctions économiques contre elle à la suite du rattachement de la Crimée à la Russie en mars dernier.

Ainsi un baleinier japonais et son équipage sont-ils retenus en Russie depuis une semaine après une incursion du navire dans les eaux territoriales russes sans autorisation, ont annoncé vendredi 22 août les autorités nippones.

DEMANDE DE LIBÉRATION DE LA PART DU JAPON

Le Shonan Maru N° 2, un bâtiment de 712 tonnes, a dû faire une escale forcée dans un port russe depuis le 15 août, après avoir navigué à travers la mer d’Okhotsk au large de l’île de Sakhaline, a expliqué un fonctionnaire de l’Agence des pêches du Japon.

Dix-neuf membres d’équipage japonais et un observateur russe se trouvaient à bord de ce navire, qui ne capture pas les baleines mais explore les océans pour repérer ces cétacés.

Tokyo a reconnu que ce bateau avait modifié sa trajectoire initiale et était entré dans les eaux russes, sans passer par les procédures appropriées. « Les membres de l’équipage ont été interrogés », a indiqué le responsable japonais, ajoutant que Tokyo avait requis leur libération anticipée par la voie diplomatique.

DES RELATIONS À NOUVEAU TENDUES ENTRE LE JAPON ET LA RUSSIE

Les relations entre le Japon et la Russie s’étaient un peu réchauffées ces dernières années après des décennies de tensions à propos des îles Kouriles du Sud. La Russie les a annexées à l’issue de la Seconde guerre mondiale, mais le Japon, qui les appelle « territoires du nord », aimerait les récupérer.

Cette embellie a cependant pris fin récemment quand Tokyo a emboîté le pas aux pays occidentaux et imposé des sanctions à Moscou à la suite du rattachement de la Crimée à la Russie en mars dernier. La semaine dernière, le Japon a en outre déposé une protestation « sévère » envers la Russie à propos d’exercices militaires sur les îles Kouriles.

PÊCHE DE LA BALEINE

Le Shonan Maru N° 2 avait été utilisé au cours de campagnes baleinières en Antarctique, aujourd’hui suspendues sur décision de la Cour internationale de Justice (CIJ) de La Haye. Cette instance juridique de l’ONU avait estimé que le Japon déguisait une activité commerciale en programme de recherche scientifique, détournant ainsi un moratoire sur la chasse commerciale instauré en 1986 par la Commission baleinière internationale (CBI).

La pêche continue toutefois dans le Pacifique nord-ouest, officiellement là encore pour des motifs « scientifiques », ainsi que dans les eaux côtières japonaises, qui échappent pour leur part au moratoire de 1986.

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :