Publié par : Sibylline | août 21, 2014

Depuis le 19 Août, on puise dans les réserves

Evolution de l’empreinte écologique de la France

Evolution de l’empreinte écologique de la France

21 Août 2014. Comme chaque année, chaque fois un peu plus tôt que l’année précédente, le Global Footprint Network (GFN) (1), publie le jour de l’année qui correspond au moment théorique où nous avons consommé la totalité des ressources que la planète peut produire en un an. Cette année, pour GFN, c’est le 19 août que le « Global Overshoot Day » ou « Le Jour du Dépassement », s‘est produit. Pour mémoire, l’année dernière c’était le 20 août et, plus préoccupant, au début du siècle c’était début octobre et dans les années 1980 c’était à la mi-novembre.

 Lors de la publication des résultats, Mathis Wackernagel, fondateur de Global Footprint Network et co-créateur du modèle de calcul de l’Empreinte Ecologique a déclaré : « L’épuisement prématuré du budget annuel des ressources naturelles est en train de devenir un défi structurel du 21ème siècle. C’est un problème d’ordre écologique mais aussi économique.». Il est à noter que dans les calculs du GNF, les émissions de CO2 représentent plus de la moitié de l’empreinte écologique de l’humanité.

Actuellement selon le rapport du GFN, 86 % de la population mondiale vit dans des pays dont l’empreinte est supérieure à ce que les écosystèmes peuvent générer chaque année. Bien sûr au niveau de ces pays les disparités sont très importantes même si la croissance économique de ces deux dernières décennies de nombre de pays émergents commencent à gommer ces différences. Au niveau mondial, il faudrait actuellement 1,5 planète pour à la fois subvenir aux besoins de la population et pour absorber le CO2 émis par les activités humaines. Au niveau des pays, à titre d’exemples, la France à un coefficient de 1,6, l’Allemagne de 2,5, les États-Unis de 1,9, la Chine de 2,2 et le Japon de 7. Ce sont dans les pays du Golfe que l’on trouve les coefficients les plus importants avec notamment les Émirats arabes unis qui culminent à 12,3.

 Selon le GFN : « Les estimations de la consommation énergétique et alimentaire basées sur une croissance démographique modérée indiquent que l’Empreinte Écologique mondiale dépassera de 200% la biocapacité de la Terre avant 2050. »

1- Le Global Footprint Network propose l’empreinte écologique comme outil de mesure de la durabilité afin de promouvoir une économie durable. Le réseau, en accord avec ses partenaires, coordonne la recherche, développe des standards méthodologiques et fournit une comptabilité des ressources, afin d’aider l’économie humaine à opérer dans les limites écologiques de la Terre.

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :