Publié par : Sibylline | juillet 25, 2014

Ottawa élimine un projet de protection marine (Québec, Canada)

L’implantation d’une zone de protection marine aurait permis de protéger l’habitat du béluga, une espèce menacée de disparition. Photo : Source Gremm

L’implantation d’une zone de protection marine aurait permis de protéger l’habitat du béluga, une espèce menacée de disparition. Photo : Source Gremm

25 Juillet 2014. La zone de conservation projetée couvrait une grande partie de l’estuaire du Saint-Laurent, dont le secteur de Cacouna

Sans offrir la moindre explication, le gouvernement Harper vient de tuer un important projet de zone de protection marine que le fédéral étudiait depuis plus de 15 ans au Québec, a appris Le Devoir. Cette aire aurait permis de mieux préserver une large part de l’estuaire du Saint-Laurent incluant le secteur de Cacouna, où TransCanada souhaite construire un port pétrolier destiné à l’exportation des sables bitumineux.

Pêches et Océans Canada a le mandat de désigner les sites qui peuvent devenir des zones de protection marine (ZPM), en vertu de la Loi sur les océans. Le ministère instaure de telles zones « afin d’assurer la conservation et la protection » de milieux marins « ayant une importance écologique et dont les espèces ou les caractéristiques nécessitent une prise en compte particulière ».

Le gouvernement Harper a créé seulement deux nouvelles aires de protection de ce genre depuis qu’il est au pouvoir. Il existe huit de ces ZPM au Canada, mais aucune au Québec. Huit zones sont aussi à l’étude à travers le pays.

Le projet de zone de protection marine de l’estuaire du Saint-Laurent aurait pu devenir le premier à se concrétiser dans la province. Celle-ci couvrait une superficie de plus de 6000 km2, de l’Îsle-aux-Coudres à Métis-sur-Mer, en aval de Rimouski. Cette ZPM aurait été « complémentaire » au parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Sa création avait été prévue dans le but de protéger l’habitat et les ressources alimentaires des mammifères marins qui fréquentent le Saint-Laurent, en premier lieu le béluga, une espèce de plus en plus menacée de disparition. En raison de son statut, Pêches et Océans a d’ailleurs l’obligation légale de protéger son habitat.

La ZPM était à l’étude depuis 1998. Elle avait fait l’objet de travaux scientifiques financés par Pêches et Océans et d’une consultation publique. Un plan de gestion préliminaire avait même été élaboré. Celui-ci comprenait notamment les objectifs de protection.

Disparition de la ZPM

Sans la moindre explication et en plein cœur de l’été, Ottawa vient cependant de rayer le projet de la carte. Pêches et Océans a en effet supprimé toute mention du « projet de zone de protection marine » de son site Web consacré aux ZPM. Le ministère mentionne seulement que cette région de l’estuaire constitue un « site d’intérêt », sans plus.

Le gouvernement Harper a aussi modifié le mandat du groupe de travail Canada-Québec qui avait été mis en place pour ce projet. On a ainsi effacé le fait que ce groupe devait jusqu’ici « poursuivre le processus de désignation de ce site d’intérêt comme zone de protection marine ».

Les conservateurs ont toutefois laissé la mention des « menaces » qui pèsent sur les mammifères de l’estuaire : « perturbation ou destruction de leurs habitats, exposition aux substances chimiques toxiques, risques de collision avec des navires, exposition aux bruits et dérangement ». Mais on a éliminé toute mention des bénéfices de l’établissement d’une zone de protection marine. Jusqu’à tout récemment, on pouvait pourtant lire qu’une ZPM « permettrait de prendre des mesures de gestion pour contrer ou atténuer ces menaces, en concertation avec tous les intervenants et usagers des ressources marines ».

Il n’a pas été possible d’obtenir de précisions jeudi de la part de Pêches et Océans Canada. La Société pour la nature et les parcs (SNAP) n’a pas non plus obtenu la moindre information de la part d’Ottawa. L’organisme a pourtant écrit récemment à la ministre responsable de Pêches et Océans, Gail Shea, en lui demandant de préciser sa position concernant le projet de ZPM de l’estuaire.

Décision « incompréhensible »

Le directeur général de la SNAP, Patrick Nadeau, juge incompréhensible la décision du gouvernement Harper de mettre à mort le projet. « C’est une drôle de coïncidence, alors qu’il y a maintenant un projet de port pétrolier à Cacouna. En retirant le projet de ZPM, on facilite l’implantation de ce port. »

La pétrolière TransCanada souhaite effectivement construire un port dans le but d’exporter du pétrole des sables bitumineux qui arrivera au Québec par son futur oléoduc Énergie Est. Les pétroliers chargeront de deux à cinq fois plus de pétrole que ce que l’Exxon Valdez a déversé en Alaska en 1989. Le port s’avancera sur 500 mètres dans le Saint-Laurent, en plein coeur de la pouponnière des bélugas. Selon les spécialistes de l’espèce, ce projet risque d’anéantir tout espoir de préserver ces baleines blanches.

Mais ce port pétrolier est important pour l’industrie pétrolière albertaine, promue sur toutes les tribunes par le gouvernement Harper. En raison des blocages qui empêchent la construction de deux importants projets de pipelines dans l’ouest du pays, le Québec est pour le moment le seul chemin envisageable pour la construction d’un pipeline qui transportera à lui seul près de la moitié de la production des sables bitumineux. Le port de Cacouna deviendra donc un élément essentiel pour faciliter la croissance de l’exploitation pétrolière canadienne.

TransCanada a d’ailleurs déjà effectué des travaux en vue de la construction de son port. L’entreprise a aussi inscrit 23 lobbyistes au registre québécois. Leurs mandats comprennent des démarches auprès du gouvernement Couillard en vue de l’implantation du port et la construction du pipeline. Mais la décision finale sera prise à Ottawa.

Estuaire fragile

Robert Michaud, un scientifique qui étudie les bélugas du Saint-Laurent depuis plus de 30 ans, a pris part aux travaux scientifiques en vue de l’établissement de la ZPM. Mais c’est Le Devoir qui lui a appris la mort du projet. Visiblement déçu, il a souligné que le projet aurait permis d’établir des moyens importants de protection pour toute la zone désignée, qui compte plusieurs sites naturels reconnus.

« L’établissement d’une telle zone de protection est une reconnaissance de la richesse et de la fragilité de cette portion de l’estuaire », a résumé M. Michaud. S’il se garde bien de faire un lien direct entre la suppression pure et simple du projet de ZPM et la volonté de construire un port pétrolier à Cacouna, il juge « très pertinent » de se poser la question.

La suppression du projet de ZPM a par ailleurs pour effet « d’éloigner le Canada des engagements internationaux pris à Nagoya en matière de protection marine », a rappelé M. Nadeau. Théoriquement, Ottawa a promis de protéger 10 % de ses espaces marins d’ici 2020. Ce taux se situe actuellement à 1,3 %, soit moins que des pays comme la Chine et la Russie.

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :