Publié par : Sibylline | mars 9, 2014

Tunisie : une baleine de 10 mètres meurt, prise dans des filets de pêche

La baleine pèse "sept ou huit tonnes" selon un responsable de la Garde nationale maritime tunisienne. AFP PHOTO/ FETHI BELAID

La baleine pèse « sept ou huit tonnes » selon un responsable de la Garde nationale maritime tunisienne. AFP PHOTO/ FETHI BELAID

9 Mars 2014. Le mammifère de « sept ou huit tonnes » s’est pris dans les filets d’un pêcheur tunisien au large de Sidi Bou Saïd, au nord de Tunis.

« Au début, j’ai cru qu’il s’agissait du pare-chocs d’une voiture. Puis j’ai vu la queue de la baleine ». Bilel Jerbi, le pêcheur tunisien qui a trouvé la baleine prise dans ses filets n’a pas caché son étonnement.

Car c’est bien une baleine de près de 10 mètres qui est morte dimanche après s’être prise dans les filets du pêcheur au large de Sidi Bou Saïd, au nord de Tunis.

D’après lui, l’animal agonisait déjà lorsqu’il l’a découvert et est mort peu après. Le jeune homme l’a ensuite traîné jusqu’au port de Sidi Bou Saïd à l’aide d’un bateau.

Selon un responsable de la Garde nationale maritime tunisienne, la baleine mesure environ dix mètres et pèse « sept ou huit tonnes ».

« Des baleines de trois ou quatre mètres, il est arrivé qu’on en trouve. Mais de cette taille, de ce volume, c’est la première fois » dans cette zone, a dit à le responsable qui a souhaité rester anonyme.

La cause de la mort n’est pas encore précisée

Dans l’après-midi, les pêcheurs et la Garde nationale, entourés de curieux, tentaient toujours de sortir la baleine de l’eau, selon Bilel Jerbi.

La cause exacte de la mort de l’animal, dont l’espèce n’a pas été précisée, n’était pas connue dans l’immédiat.

Le pêcheur, qui s’est dit « lésé » par la perte des filets déchirés par la baleine, a expliqué qu’il envisageait de vendre sa viande.

Mais « ce sera à l’Institut national des sciences (et technologies) de la mer de l’examiner et de voir ce qu’il va en faire », a réagi le responsable de la Garde nationale.

L’institut n’était pas joignable dans l’immédiat.

Ndlr Sibylline : L’agonie de ces animaux dans les filets est particulièrement longue. Si les cétacés ne peuvent remonter en surface, ils meurent asphyxiés. Dans le cas contraire, ils s’épuisent durant des semaines, ne pouvant plus se nourrir. Les filets et autres engins de pêche sont à l’origine d’une hécatombe dont les échouages, et parfois la remontée sur les bateaux, ne sont qu’une partie visible de l’iceberg.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :