Publié par : Sibylline | février 14, 2014

Appel à mobilisation d’urgence ! (façade Atlantique)

Macareux - crédit photo : Olivier Laluque / LPO Charente-Maritime

Macareux – crédit photo : Olivier Laluque / LPO Charente-Maritime

Vendredi 14 Février 2014. Suite à l’échouage massif d’oiseaux marins, notamment des alcidés (Macareux moine, Guillemot de troïl et Pingouin torda) depuis 2 semaines, la LPO mobilise son réseau et ses sympathisants, avec le soutien de l’Agence des aires marines protégées, pour dresser un bilan sur la façade atlantique.

Deux week-ends de comptage sont programmés les 15-16 et 22-23 février 2014. Pour participer, c’est très simple : il vous suffit d’aller prospecter une portion de littoral, d’y recenser les oiseaux échoués (morts et vivants) et de marquer les cadavres avec une ficelle. Pour vous aider, vous trouverez ci-dessous plusieurs documents à télécharger (protocole et consignes sanitaires, guide d’identification, fiche de comptage).

Une fois votre prospection terminée, pensez à saisir vos données en téléchargeant vos photos sur le site internet Faune de votre département (liste ci-dessous) ou, à défaut envoyez vos informations à la LPO.

Étant données l’ampleur et la gravité de cet événement, la LPO et ses équipes comptent sur vous pour nous aider à dresser un bilan complet des échouages par département. Merci de votre aide !

Avant tout, ne vous mettez pas en danger, les conditions météorologiques ne sont pas bonnes ! Respectez impérativement les consignes de sécurité transmises par les préfectures.

En cas d’animal échoué vivant, des numéros de téléphone sont à disposition, et les interlocuteurs vous guideront dans la marche à suivre (point de collecte et centre de soins le plus proche). N’intervenez pas sur un animal tant que les directives d’un centre de soins ne vous ont pas été données, dans l’intérêt de l’oiseau et le vôtre.

Pour le département des Landes et du Pays Basque : 05 59 43 08 51, laissez vos coordonnées en cas de répondeur, vous serez rappelés le plus tôt possible (les capacitaires sont débordés, merci de votre compréhension)

Pour les autres départements : 05.46.82.12.34

Nous vous donnons les numéros que nous savons efficaces, afin de gagner du temps, ayant eu quelques déboires avec d’autres centres théoriquement opérationnels et qui ne l’étaient pas.

Mesures a respecter pour rapporter les oiseaux vivants :

Ne jamais prendre de risques inconsidérés afin d’atteindre l’animal.

Approchez l’oiseau côté mer pour ne pas le repousser à l’eau et l’attraper le plus doucement possible ;
Utilisez une couverture, une veste, un tissu afin d’immobiliser l’animal sans risque en veillant à maintenir les ailes collées au corps et à couvrir la tête.

Lors de la manipulation, tenez l’oiseau écarté de votre visage et faites attention au bec et aux griffes. En attendant son transport, placez l’oiseau à l’abri dans un carton percé de trous et garni de papier et maintenez le au chaud et au calme.

En aucun cas il ne faut lui donner à boire ou à manger (vous risqueriez de l’étouffer), ni tenter de le laver vous-même.

Attention : Le transport des espèces protégées est réglementé (1) et les particuliers qui veulent acheminer un (ou des) oiseau(x) vers un centre de sauvegarde doivent obligatoirement :

  • prévenir le centre de sauvegarde de leur arrivée, en précisant le nombre d’oiseaux, et les espèces transportées (si possible),
  • effectuer le transport dans les plus brefs délais et par l’itinéraire le plus direct.

(1) Le transport d’espèces protégées est soumis à autorisation préfectorale. Toutefois, l’instruction PN/S2 n° 93-3 du 14 mai 1993 précise que dans les cas d’urgence, c’est à dire si la survie de l’animal ou sa capacité à être réinséré dans la nature sont manifestement menacées, et en l’absence de meilleure solution, le transport par un particulier du lieu de découverte jusqu’à un centre relais ou de sauvegarde est admis s’il est effectué dans les plus brefs délais et par l’itinéraire le plus direct. Elle stipule aussi que cela ne dispense pas le conducteur de devoir se justifier s’il y a lieu devant un agent de la force publique (Source : Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, 1996).

Rappel : liste du matériel nécessaire pour le centre de sauvegarde

– Charbon actif (se trouve en pharmacie), pour leur administrer avec les hydratants (adsorbe le pétrole)
– Bouillottes, chauffage à gaz, tapis chauffants et lampes chauffantes : les oiseaux arrivent en hypothermie et doivent donc être réchauffés.
– Serviettes de toilettes et torchons (pas de couvertures)
– Journaux pour les salles de stabilisation.
– petits poissons : lançons, éperlans, maquereaux, etc…
– Aspirateur pour fond de piscine et épuisettes piscine, car certains oiseaux seront bientôt prêts pour la phase de rééchantéification du plumage..
– 1 Balai brosse

Pour les prospections :
– gants, masques et lunettes (rayon bricolage)
– cartons de taille moyenne (récup.)
– bouillottes auto-chauffantes dites aussi réutilisables
– sacs à dos de transport pour oiseaux (un seau de 10 litres plein, c’est lourd au bout du chemin, très lourd…).
– lampe torche à leds puissante
– talkie walkie

Et si vous n’avez pas ça en magasin, rien ne vous empêche d’aller les démarcher (les magasins), de leur expliquer le pourquoi du comment, d’acheter le matériel le cas échéant et il reste bien sûr le traditionnel don déductible de vos impôts à 66 %

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :