Publié par : Sibylline | février 6, 2014

Trop gourmand de poissons, le phoque n’est plus le bienvenu à Mimizan (Landes)

Relogé dans le port, il faudra pourtant qu'il reprenne sa route... © PHOTO  OCÉANSOLEIL 40

© PHOTO
OCÉANSOLEIL 40

5 Février 2014. Des pour-parlers sont en cours pour qu’il puisse rejoindre son milieu naturel.

Il se laisse rarement surprendre par les curieux qui souhaiteraient l’apercevoir mais le phoque ayant pris ses quartiers dans le port de Mimizan poserait quelques problèmes à l’AAPPMA (Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques) locale, notamment par rapport à la quantité de poissons ingurgitée…

Des pour-parlers sont en cours pour qu’il puisse rejoindre son milieu naturel.

Ndlr Sibylline : nous sommes ravis d’apprendre que les membres de l’AAPPMA savent parler le phoque. Nous tenons seulement à leur préciser, si nous pouvons nous le permettre, qu’un phoque est un mammifère marin et non terrestre, que le Courant de Mimizan-plage est un bras de mer jusqu’au Pré salé et que cet animal est donc chez lui. Enfin, un phoque qui s’alimente de poissons n’est pas gourmand, les espèces piscicoles appartenant à son régime alimentaire !

Petit rappel de Daniel Pauly sur la compétition entre super-prédateurs (en l’occurrence, ici, le pêcheur du dimanche qui n’a pas besoin du poisson pour survivre et le phoque gris du Courant de Mimizan-plage) :

« la plus grande différence entre l’humain et un animal marin, c’est que les prises n’atteignent jamais la densité de la pêche humaine. Les prédateurs prennent une petite partie du stock puis changent d’aire d’alimentation, en laissant toujours au stock le temps de se reconstituer. L’homme, lui, fait l’imbécile. Il éradique, prend tout, vide un stock, et immédiatement se retourne vers l’autre. »L’effet sur les populations est radicalement différent ». Jusqu’au point de faire craindre un point de non retour avec une mer « sans poissons » prévenait-il en 2006.

Daniel Pauly est directeur du Fisheries Centre de l’université de Colombie-Britannique (Canada), internationalement reconnu comme l’un des plus grands spécialistes des ressources marines.

Grâce à l’AAPPMA, nous allons pouvoir faire connaître Mimizan au niveau international. En attendant, vous pouvez dire ce que vous en pensez via les contacts (lien) sur leur site.

Contacts : Email : aappma.mimizan@free.fr ou 

Tél: 05.58.82.44.06 ou Port: 06.23.60.35.66

Enfin, pour une fois que Mimizan-plage pouvait se faire connaître autrement que par sa pollution…

Evenment-phoque-Mimizan-plage

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :