Publié par : Sibylline | janvier 29, 2014

Marées noires : le golfe du Saint-Laurent très exposé (Québec, Canada)

Le golfe du Saint-Laurent, le détroit de Cabot près de Terre-Neuve-et-Labrador, la côte est de l'île du Cap-Breton et la pointe sud de l'île de Vancouver sont les zones les plus susceptibles d'être le théâtre de déversements majeurs.

Le golfe du Saint-Laurent, le détroit de Cabot près de Terre-Neuve-et-Labrador, la côte est de l’île du Cap-Breton et la pointe sud de l’île de Vancouver sont les zones les plus susceptibles d’être le théâtre de déversements majeurs.

29 Janvier 2014 (Steve Deschênes). Le golfe du Saint-Laurent et la côte sud de la Colombie-Britannique sont les deux endroits au pays les plus exposées et les plus vulnérables aux marées noires, indique une étude commandée par le gouvernement fédéral.

Ces conclusions alimenteront certainement le débat entourant plusieurs projets d’oléoducs, dont deux en Colombie-Britannique qui devraient, d’après le rapport, faire bondir de manière importante les risques de déversements de pétrole en mer.

L’étude de 256 pages, qui a été remise plus tôt en janvier à Transports Canada, a analysé les risques associés aux marées noires au sud du 60e parallèle selon les volumes de pétrole actuellement transportés.

Elle a déterminé que le golfe du Saint-Laurent, le détroit de Cabot près de Terre-Neuve-et-Labrador, la côte est de l’île du Cap-Breton et la pointe sud de l’île de Vancouver sont les zones les plus susceptibles d’être le théâtre de déversements majeurs.

L’étude a également évalué l’impact potentiel de quatre projets d’oléoduc, dont le Northern Gateway vers Kitimat, en Colombie-Britannique, et le plan de Kinder Morgan de presque tripler le débit de sa ligne Trans Mountain vers Vancouver.

D’après l’étude, la proposition de Kinder Morgan doublerait le volume de pétrole transitant dans cette région où l’environnement marin est déjà fragile, ce qui augmenterait aussi la fréquence des accidents, alors que la portion de l’oléoduc Northern Gateway situé au large ferait passer les risques de marée noire de bas à très élevés dans cette zone.

L’étude a aussi conclu que l’inversion du flux de pétrole sur la ligne 9 d’Enbridge, qui permettrait d’expédier du pétrole brut produit dans l’ouest du Canada vers des raffineries à Montréal et à Québec, réduirait les risques de déversement en mer parce qu’elle diminuerait le transport de pétrole dans le golfe du Saint-Laurent.

Quant à l’oléoduc Énergie Est vers Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, l’étude estime que son impact serait nul puisqu’il ferait chuter les importations de pétrole tout en haussant les exportations.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :