Publié par : Sibylline | janvier 23, 2014

La Réunion : 5 requins capturés en une semaine grâce au nouveau système testé

massacre-requins-Reunion23 Janvier 2014. Pour une expérimentation de plusieurs mois, quatre drumlines – des lignes piégées fixes dotées d’un hameçon unique – ont été déployées dans la baie de Saint-Paul, loin des activités nautiques. Résultat : cinq requins ont ainsi été capturés en une semaine.

Cinq requins ont été capturés en une semaine à la Réunion par les lignes pièges (palangres) installées dans la baie de Saint-Paul (ouest), a indiqué jeudi le Comité régional des pêches de la Réunion. Ces lignes visent à expérimenter un nouveau moyen de protection contre les squales, baptisé « cap requins. « Depuis le 14 janvier, six alertes de captures ont été reçues par le coordonnateur de Cap requins qui s’est immédiatement rendu sur zone pour remonter les spécimens » ayant mordu à l’hameçon, a annoncé le Comité des pêches dans un communiqué. Ndlr Sibylline : « immédiatement » ne doit pas avoir la même définition pour tout le monde, un requin marteau ayant succombé, espèce en danger qu’elle que soit le Sphyrna considéré ; à ce sujet, les pêcheurs n’ont pas été capables de l’identifier. Aucun observateur indépendant, voire scientifique (oh le vilain mot) sur le bateau comme initialement prévu. Quant au marquage qui consiste à inciser l’animal ventralement, lui poser l’émetteur et le recoudre, il s’agit d’un acte vétérinaire. Pratiqué par un non vétérinaire, cela relève de l’exercice illégal de la médecine. Question prises accessoires, d’espèces menacées, en voie d’extinction, etc…nous n’en sommes qu’au début… Bientôt une petite tortue marine (les 7 espèces sont menacées d’extinction) ?

Une carangue (poisson océanique) de 36 kg et cinq requins ont été pêchés dont deux requins tigres mâles de plus de 3 mètres, pesant 186 kg et 360 kg qui ont été prélevés pour alimenter un programme de recherche (Ndlr Sibylline : pour alimenter la vindicte populaire d’une minorité insulaire qui voit d’un très mauvais œil les pertes de fréquentation de leur école de surf mais qui tire grand profit du tapage médiatique lié aux accidents). Un requin marteau de 3 mètres a été retrouvé mort, un autre de 2,5 mètres a été marqué et remis à la mer, de même qu’un requin nourrice de 3 mètres, selon le Comité des pêches.

Quatre drumlines – lignes piégées fixes dotées d’un hameçon unique – avaient été déployées dans la baie de Saint-Paul, loin des activités nautiques, pour tester leur attractivité sur les squales et évaluer la fréquentation de la zone par les requins. L’expérimentation doit durer plusieurs mois. Si elle est concluante, des drumlines pourraient être installées au large des plages et des zones de baignade de Saint-Gilles où se sont concentrées les attaques de requins qui ont tué 3 personnes ces deux dernières années. Le comité régional des pêches juge que « le projet Cap requin apporte déjà des avancées et des premiers enseignements significatifs ». Il annonce que tous les partenaires impliqués dans le projet (associations, ligue de surf, etc.) vont « redoubler leurs efforts pour poursuivre leur mission d’intérêt général visant à la réduction du risque requin à la Réunion ».

Ndlr Sibylline : Cette mascarade met en évidence qu’il est plus lucratif pour les pêcheurs (500 euros chaque sortie) de poser des palangres que d’opter pour des mesures de protection à la fois des populations et des animaux. Le contribuable, bien que payeur, n’a pas son mot à dire.

Et l’on vous passe les détails sur la manière dont sont achevés les animaux…

La face cachée des morsures de requins (île de la Réunion)

Stoppez le massacre des requins de la Réunion

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :