Publié par : Sibylline | janvier 2, 2014

Après l’explosion d’un oléoduc au port pétrolier de Béjaïa, alerte à la marée noire (Algérie)

maree-noire-Algerie2 Janvier 2014 (A. Kersani). Béjaïa a frôlé, dans l’après-midi de lundi dernier, une véritable catastrophe écologique suite à l’explosion d’un oléoduc au niveau du port pétrolier, lors d’une opération de chargement d’un pétrolier pour cause d’une très puissante pression que le canal en question n’aurait pas supportée, a-t-on appris d’une source portuaire.

Notre source rapporte que quelque 50 millions de litres de pétrole se sont déversés ainsi accidentellement dans la mer. La même source parle de la formation d’une marée noire de 1 000 m2.

Aussitôt alertés par l’accident, les responsables portuaires ont déclenché le plan Orsec pour empêcher la propagation de la marée noire et éviter ainsi une grave catastrophe écologique sur les côtes béjaouies.

Pour les besoins de l’opération des secours et de pompage du pétrole, trois barrages flottants ont été dressés par les gardes-côtes, la Protection civile et les services de secours du port et de Sonatrach qui ont réussi à circonscrire le sinistre.

Se montrant rassurants, les gardes-côtes et la Protection civile estiment que «la pollution n’est que superficielle» et de ce fait, précise-t-on, «aucun risque pour la grande bleue béjaouie».

Par ailleurs, des techniciens de Sonatrach n’ont pas manqué de pointer du doigt l’absence de maintenance et de suivi de ces canaux pour le transfert et le chargement du pétrole à l’origine de l’explosion, selon eux.

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :