Publié par : Sibylline | décembre 27, 2013

Echouage d’un dauphin bleu et blanc ou de l’exercice illégal de la médecine vétérinaire (Charente-Maritime)

Le dauphin échoué hier et remis à l'eau par les pompiers.

Le dauphin échoué hier et remis à l’eau par les pompiers.

27 Décembre 2013. Un nouvel échouage d’un dauphin bleu et blanc, vivant, plage des Gouillauds, au sud du Bois-Plage-en-Ré, a fait l’objet d’un renflouement pas le SDIS 17  (pompiers de Sainte-Marie, d’Ars et de La Rochelle).

L’auscultation aura donc consisté à l’appréciation de l’embonpoint de l’animal (source) : « Comme il présentait une assez bonne condition physique – il avait de l’embonpoint, ce qui est bon signe -, nous avons pris la décision de le remettre à l’eau ». Nous sommes donc ravis d’apprendre que l’auteur (appartenant à l’association référente du Ministère de l’Environnement) de ce diagnostic ait pu bénéficier de l’ »option véto » dans son cursus universitaire dont l’étude première était celle de la biologie des populations.

Dans le jargon juridique, on appelle cela de l’exercice illégal de la médecine vétérinaire », cqfd.

L’animal a donc été renfloué et sans boule de cristal, au vu de la photographie éditée par Sud Ouest, si celle ci est d’actualité, nous nous interrogeons, outre sur l’aspect sommaire de l’examen clinique qui n’en est pas un, sur la blessure dorsale (sauf effet optique insoupçonné) : a-t-elle été traitée et quelle sera son évolution sachant qu’il est impossible de suivre un animal renfloué, excepté s’il se ré-échoue (dans ces conditions, le temps perdu lui diminue d’autant ses chances de survie) ? Incomplète, tout de même, cette « option véto » !

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :