Publié par : Sibylline | novembre 27, 2013

Requin vous avez dit requin ? Mais qui sont les vrais requins ? (île de la Réunion)

Mercredi 27 Novembre 2013 (P. M.). Je vais me permettre d’en rajouter une couche sur le problème requin qui fait débat ici et ailleurs. J’ai 53 ans j’ai grandi ici à la Réunion au bord de la mer et depuis des décennies il y a des requins aux roches noires à boucan à st Paul et tout autour de l’ile j’ai plongé, nagé, été maitre-nageur sauveteur ici et des requins il y en a toujours eu. L’homme croit être possesseur de la terre et il la pollue, il croit être possesseur de la mer et il la pille. La population mondiale augmente et on ne respecte plus rien sous prétexte que tout est à nous. Le requin est au sommet de la chaîne alimentaire dans l’eau, il était là avant même que beaucoup de celles et ceux qui aujourd’hui l’ouvrent à grand débat n’étaient programmés à la vie. L’imprudence, le non-respect d’un minimum de règles de vie aurait pu épargner ces morts inutiles que je déplore.

Aujourd’hui on veut tuer les requins car ils sont un danger pour l’homme qui veut faire de la mer son aire de jeu, son garde-manger inépuisable. Des intérêts financiers inexcusables (malgré ces temps difficiles) viennent polluer les débats où on mélange tout et rien.

Regardez autour de vous ce que vous avez fait de la nature que donnerez-vous demain à vos enfants ? Un monde vide de requins, vide de coraux, vide d’animaux qui vous dérangent, vide des végétaux qui vous envahissent et après ?! Ce sera quoi, vide des humains qui vous seront opposés par la pensée ?

Vous dites qu’il faut se réveiller oui ! Réveillez-vous, à la réalité du monde vers lequel vous allez à grands pas. Préoccupez-vous des vivants et apprenez le respect de l’autre et de vous-mêmes, vous pourrez ensuite comprendre ce que la nature et les requins ont à faire dans nos vies.

Vous acceptez que sous le couvert de la mode et du charme de nouveaux animaux de compagnie, étrangers à notre île y trouve place, étant un danger futur pour l’écosystème, pour nous-mêmes et notre entourage.

Animaux que l’on retrouve déjà à l’abandon dans cette nature pas préparée à ça !

Vous acceptez d’un côté ce que vous voulez combattre de l’autre… Et si le requin ne faisait que combattre un peu pour sa survie lui aussi ???

L’homme n’a qu’un seul prédateur, lui-même. Ses intérêts passent avant ce qui devrait être une réalité et ce qui se passe aujourd’hui en mer, sur terre et dans l’air n’est que le reflet de son incroyable inconscience vis à vis du futur. D’une méconnaissance totale ou entretenue, du fragile équilibre de la nature.

Je suis loin d’être un écolo de circonstance, ni l’extrémiste d’une quelconque O.N.G ou encore membre d’association politique ou autre anti je ne sais quoi.

Je suis un créole qui aime son île, qui essaye de la respecter pour que ses enfants aient un jour de quoi regarder encore.

Notre île devient béton, constructions sans respect de la nature, sans respect d’une image conventionnée, lui donnant un cachet. Elle devient poubelle ouverte aux yeux du monde (quel que soit l’endroit où vous allez vous trouvez déchets et manquements divers aux règles de propreté.) et si on veut préserver pour les générations futures un semblant de quelque chose avec un parc marin et un parc des hauts, c’est pour sauver les meubles.

Ce n’est pas parce que pendant des années on a pu faire ce que l’on voulait de la mer et des terres, qu’aujourd’hui nous pouvons encore nous le permettre.

Allez donc tuer tout ce qui vous déplait messieurs dames, au nom de votre liberté d’user de ce qui vous appartient et ne laissez à vos enfants que le désert des souvenirs. 

Après 50 ans on est à la moitié théorique de sa vie. On peut donc estimer que l’on fait du rab sur cette terre. Partant de ce principe après tout moi aussi je pourrais être égoïste et ne penser qu’à moi. Me dire que je paye des impôts donc je peux faire ce que je veux dans la nature espace public et en mer zone libre aux humains…

Ne prenez jamais les morts en témoignage pour justifier les manquements que vous voudrez exécuter, ne prenez jamais vos pères comme responsables d’hier, vous, nous sommes tous responsables d’aujourd’hui et de demain… Les requins eux seront toujours là … Croyez moi et pas seulement ceux qui vivent en mer ….J’en ai assez dit….

Source

Ndlr Sibylline : si seulement la moitié des 876 000 réunionnais (896 000 habitants à la Réunion – 20 indécents qui manifestent devant un hôpital, tendant une pancarte avec le nom des victimes d’une main, les clés de leur école de surf, de l’autre), donc si 438 000 réunionnais s’exprimaient ainsi, les choses seraient tellement plus faciles pour les requins, les humains, la vie en communauté…

Extrait d’une conversation avec un réunionnais (que nous appellerons RC) ce 28 Novembre, qui connaît très bien l’île (ce n’est pas la première mais nous cherchons sans cesse de nouveaux contacts, des personnes qui appréhendent le problème dans son ensemble et qui soient aussi objectives que possible) :

RC : il y a 10 ans, il n’y avait pas ces problèmes alors que les déchets rejetés à la mer étaient bien supérieurs

Sibylline : mais il y a 10 ans, les écoles de surf existaient-elles ?

RC : non, et les réunionnais savent depuis des générations qu’il y a des requins autour de l’île. Il y a toujours eu des zones de baignade dangereuses, à cause des courants, des requins, etc.. Tous les ans il y a des noyés et personne n’en parle. Mais vous comprenez aujourd’hui, le monde devient de plus en plus économique et l’océan aussi. Il y a des surfeurs qui sont pour le massacre et d’autres contre. Si tout cette histoire a pris autant d’ampleur, c’est à cause des médias.

Sibylline : oui, avec des interviews très ciblées, de personnes qui ont un intérêt économique dans le massacre des requins, notamment en participant à la table des négociations, en se faisant payer des voyages en métropole, etc…

RC : ce n’est pas faux. Il y a de ça aussi.

Sibylline : pour quelles raisons les réunionnais, qui en ont visiblement ras-le-bol de toutes ces histoires, ne s’érigent-ils pas davantage contre cette mascarade ?

RC : les réunionnais voient toute cette agitation et sont pragmatiques. A la Réunion, il y a davantage de morts sur les routes que d’accidents liés aux requins.

Fin de l’extrait.

La question serait donc de savoir quels sont les différents budgets alloués sur l’île, qui permettraient de réellement résoudre les sources de risques coûtant des vies humaines et de les comparer à ce qui est accordé à la « crise » requins ? En résumé, toutes les victimes valent-elles le même prix car c’est de cela dont il s’agit, ni plus ni moins.

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :