Publié par : Sibylline | octobre 29, 2013

Mortalités d’huîtres adultes : le grand écart d’un parc à l’autre

Malgré une nouvelle enquête épidémiologique sur la mortalité des huîtres adultes, le mystère reste entier. (photo DDTM 17)

Malgré une nouvelle enquête épidémiologique sur la mortalité des huîtres adultes, le mystère reste entier. (photo DDTM 17)

29 octobre 2013. Le comptage des huîtres mortes et des survivantes laisse perplexe : les pertes peuvent être extrêmes sur un parc et minimes sur le parc voisin. Sans savoir pourquoi. La mission de terrain réalisée aux grandes marées par les DDTM (directions départementales des territoires et de la mer), à la demande des professionnels, leur apporte ainsi peu de réponses.

On sait que c’est Vibrio aesturianus qui tue les coquillages, mais pourquoi les huîtres marchandes succombent-elles tout d’un coup à cette bactérie présente dans les eaux françaises depuis longtemps ? Mystère. On ignore aussi si le phénomène est exceptionnel, lié aux conditions météorologiques, ou s’il se généralise. Au global, ces pertes ne seraient même pas à la hausse, indiquent d’ailleurs les services de l’État. Peut-être, mais dans certains départements, le phénomène atteint des proportions jamais vues… et se poursuit après la fin de l’été.

Source

Bilan des surmortalités des huîtres creuses

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :