Publié par : Sibylline | septembre 11, 2013

Depuis cinq siècles, ils enterrent les baleines comme des hommes (Vietnam)

Le cimetière de baleines à Tam Hai se trouve sur une vaste aire de sable blanc. Photo : CTV/CVN

Le cimetière de baleines à Tam Hai se trouve sur une vaste aire de sable blanc. Photo : CTV/CVN

11 Septembre 2013. Nul autre endroit au Vietnam ne compte un aussi grand cimetière de baleines ! Depuis toujours, quand une baleine est retrouvée par les habitants morte échouée sur le rivage, elle est enterrée en suivant une cérémonie rituelle digne d’un dieu.

Le cimetière de baleines se trouve dans le village de pêcheurs de Thuân An, commune côtière de Tam Hai, district de Nui Thành, province de Quang Nam (Centre). Ce cimetière a été aménagé sur un vaste terrain de sable blanc, en plein cœur d’une forêt de peupliers éventée à proximité d’une plage.

Le cimetière abrite exactement 529 tombeaux alignés qui chacun arbore une stèle stylisée en pierre. Personne ne connaît avec précision la date à laquelle la première baleine y a été enterrée ni quand le premier tombeau a été construit. Les personnes âgées du village de Thuân An disent que ce cimetière est vieux d’environ 500 ans.

Le doyen du village, Nguyên Thê, 87 ans, raconte qu’au début du XIXe siècle, le roi Gia Long (qui a régné de 1802 à 1820) a sacré une baleine échouée à Tam Hai. Son tombeau se trouve en plein cœur du site. Ce cimetière de baleines a été reconnu comme patrimoine historique et culturel de la province de Quang Nam.

Entre légende et réalité

Les baleines comptent parmi les plus grandes espèces animales de la planète et sont présentes dans tous les océans du globe au gré de leurs migrations. À la différence que dans plusieurs régions côtières au Vietnam, elles sont considérées comme l’incarnation du génie de la mer. Selon la conception populaire des pêcheurs, la baleine est une créature marine sacrée et lorsqu’elle apparaît, c’est souvent pour aider et sauver les gens en péril en mer.

Le vieux pêcheur Truong Van Dông, fort de plus de 60 ans d’expérience dans la pêche au large, raconte qu’il y a une dizaine d’années, son bateau a été pris dans un typhon en pleine mer. Par miracle, une baleine est apparue et l’a ramené, lui et son équipage sur la terre ferme. «Chaque fois que les pêcheurs de mon village sont confrontés à une tempête en mer, ils prient pour que les baleines les aident à se sortir de ce mauvais pas. Et ce génie de la mer nous donne de la force lorsque l’on part au large, sachant qu’il veille sur nous», dit-il.

Il est possible d’émettre quelques réserves sur la véracité de ces récits sur les baleines qui sauvent la vie des pêcheurs. Mais qu’importe, puisque de toute façon ces histoires sont transmises de générations en générations dans cette région qui vit entièrement de la pêche.

Dans l’esprit des pêcheurs les plus âgés, les baleines sont, quoiqu’il advienne, un animal légendaire. C’est pour cela que chaque fois qu’une de ces créatures est retrouvée morte échouée sur la plage de Tam Hai, les villageois organisent des funérailles avec des invocations rituelles. Le cadavre est imbibé d’alcool puis placé dans un cercueil fait en bambou avant d’être enterré au cimetière des baleines.

Une fête dédiée au génie de la mer

À chaque arrivée du printemps, les villageois de Tam Hai organisent une cérémonie d’offrandes au cimetière de baleines pour demander aux forces occultes et au génie de la mer beau temps, mer calme et une bonne saison de pêche.

Au 20e jour du 1er mois lunaire, cette cérémonie, appelée aussi la fête de Nghinh Ông, est organisée en grande pompe par les pêcheurs. Au petit matin, les personnes âgées de la région, accompagnées de milliers de pêcheurs, tous sur leur trente-et-un, exécutent au cimetière un rite cultuel consacré aux baleines. Ensuite, un cortège part rejoindre la plage. Sur la mer, plusieurs rangées de bateaux de pêche, grands et petits, ornés de drapeaux et de fleurs multicolores s’agglutinent autour d’un bateau-Dragon sur lequel s’organisent des rites de demande d’une bonne année de pêche.

La fête de Nghinh Ông est ancrée dans la tradition des pêcheurs de cette région côtière, qui viennent prier pour la clémence de la météo, une saison de pêche réussie et la prospérité.

Source

Advertisements

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :