Publié par : Sibylline | août 28, 2013

De l’hécatombe des cétacés aux Etats-Unis (côte Est)

28 Août 2013. La côte Est des Etats-Unis compte près de 500 victimes (488 pour être exact) depuis le début du mois de Juillet. Les journaux américains, sur information de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), mettent en avant la cause probable de cette surmortalité : un Morbillivirus.

Seule l’espèce Tursiops truncatus (grand dauphin dont le célèbre Flipper est un représentant) serait touchée. Dans les faits, viennent s’ajouter deux autres espèces : le dauphin commun et le cachalot pygmée.

La responsabilité d’un Morbillivirus arrange fortement les autorités. D’une part, les seules autopsies ne sont pas suffisantes pour déterminer le pathogène incriminé (encore faudrait-il qu’il s’agisse d’un pathogène). Résultats d’histo-pathologie ajoutés à d’autres paramètres sont indispensables pour un diagnostic définitif (dans le cas précis du Morbillivirus). D’autre part, les individus échoués vivants, qui apporteraient de précieuses informations (un animal vivant en dit beaucoup plus qu’une carcasse, surtout décomposée), sont systématiquement euthanasiés. Sachant que la côte Est des Etats-Unis, via notamment la Virginie, compte l’un des plus grands centres militaires, que la Navy a indiqué qu’il n’y avait pas eu plus d’exercices que d’habitude (et non qu’il n’y avait pas eu d’exercices), que des prospections d’hydrocarbures ont eu lieu cet été, on peut raisonnablement s’interroger sur les réelles causes de cet UME (Unusual Mortality Event, tel que défini par la NOAA), et ce, d’autant que le groupe de travail en charge de l’UME est sous l’autorité de la Navy via la National Marine Mammal Foundation. CQFD.

Dolphin found in Scott’s Creek in Portsmouth has been sacrificed (Virginia, USA)

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :