Publié par : Sibylline | août 10, 2013

Du staphylocoque doré sur les plages ?

baigneurs-biarritz-plage10 Août 2013 (Guillaume Barucq). Sur la Côte Basque, et à Biarritz en particulier, les pics de pollution consécutifs aux pluies et aux rejets d’eaux usées du mois de juin et du 7 août 2013 ont généré une inquiétude quant à la qualité des eaux de baignade. Au milieu des rumeurs plus ou moins fondées, un bruit a couru sur la présence de staphylocoque doré dans l’eau, qui aurait été à l’origine de plusieurs infections. Info ou intox ?

Oui, il y a bien du staphylocoque doré sur les plages, mais on n’en connaît pas les taux car le staphylocoque n’est pas recherché par les analyses des eaux de baignade. Plusieurs études ont néanmoins montré la présence habituelle de ce germe sur les plages.

En plus de la présence de ce type de bactéries dans les eaux usées non traitées, la fréquentation des plages par l’homme (et les animaux de compagnie) augmente la charge bactérienne en staphylocoque doré dans l’eau et sur le sable. Il n’y a rien de surprenant à trouver du staphylocoque doré (= Staphylococcus aureus) sur les plages touristiques car nous en sommes les premiers porteurs.

Sans être malades, nous pouvons tous être porteurs sains du staphylocoque doré au niveau de la gorge ou des fosses nasales à partir desquelles cette bactérie colonise notre peau. Environ 1/3 des personnes porteraient du staphylocoque doré de manière intermittente, 20% de la population serait porteuse chronique, et 5% environ hébergeraient un staphylocoque plus dangereux car résistant aux antibiotiques: le SARM (= Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline).

Le staphylocoque doré peut devenir pathogène au niveau cutané (furoncle, folliculite, impétigo, infection de plaie, panaris…) et peut donner des otites, des sinusites, des conjonctivites, des gastro-entérites, et autres infections plus ou moins graves, avec risque de septicémie si la bactérie passe dans le sang (cf. Wilko).

Mais attention, ce n’est pas parce qu’on entre en contact avec du staphylocoque à la plage qu’on tombe forcément malade, loin s’en faut. Pour qu’une infection se développe, il faut le plus souvent un terrain fragilisé (personne fatiguée, malade ou immunodéprimée), une porte d’entrée (ingestion, inhalation, plaie, corps étranger, maladie de la peau…), des facteurs favorisants (chaleur, humidité…) et /ou une forte concentration en staphylocoques.

Les eaux de baignade de la Côte Basque peuvent contenir cette espèce bactérienne. Dans sa thèse de pharmacie intitulée « Pathologies des Surfeurs et Qualité des Eaux de Baignade« , Yannick Dubaquié montrait déjà la présence du staphylocoque doré sur des analyses réalisées entre mai et décembre 2000 sur la plage des Cavaliers à Anglet. Le staphylocoque doré peut être présent, même quand les taux de bactéries fécales recherchées par les analyses sont dans les normes.

C’est en Californie que la présence de ce type de bactérie a été la mieux étudiée dans une recherche de Kelly D. Goodwin de la NOAA et une équipe du Southern California Coastal Water Research Project. Cette étude est venue confirmer la présence de staphylocoques dorés et de SARM sur des plages californiennes de fréquentation comparable à celles de la Côte Basque.

Des échantillons d’eau et de sable ont été analysés sur les plages d’Avalon, Doheny et Malibu. 12 sites ont été prélevés sur 89 journées d’échantillonnages réparties sur les étés 2007, 2008 et 2009. S. aureus a été détecté en moyenne dans 59% des échantillons d’eau de mer (dans 76% des prélèvements à Avalon) et dans 53% des prélèvements de sable. Du SARM a également été détecté dans l’eau (1,6% des prélèvements) et dans le sable (2,7%). La concentration moyenne du staphylocoque doré était de 10 UFC/100ml dans l’eau de mer et de 187 UFC/gramme de sable sec.

Les plagistes, aussi bien les enfants que les adultes, sont une source de staphylocoques dans les eaux de baignade et sur le sable. Plus il y a de monde dans l’eau, plus la densité de staphylocoques est élevée, et plus le risque de tomber malade est important. Dans ce cas, la transmission de la bactérie se fait par voie aquatique par « échange » entre baigneurs: l’eau se comporte comme un vecteur de transmission.

Le staphylocoque survivrait plus facilement sur le sable qui est un milieu de culture salé qui lui convient mieux que l’eau de mer où sa survie est plus compliquée. Les conditions optimales pour le staphylocoque sont l’eau chaude (plus de 20°C). On peut raisonnablement penser que plus la mer est agitée (vagues, courants…), plus le brassage réduit le risque de se baigner dans une eau concentrée en staphylocoques.

Le staphylocoque n’est pas recherché par les analyses habituelles des eaux de baignade qui ne donnent qu’un indicateur basé sur la pollution fécale estimée par les concentrations de 2 bactéries (E.Coli et entérocoques fécaux). Comme le suggèrent plusieurs auteurs, il serait intéressant d’envisager sa recherche dans le cadre d’analyses des eaux de baignade plus poussées. Cet indicateur paraît surtout pertinent pendant la période estivale quand les plages sont les plus fréquentées. Des analyses du sable pourraient compléter les analyses des eaux de baignade du fait de la corrélation établie entre les deux pour la concentration en staphylocoque doré, et de la fréquence des infections contractées dans le sable par les enfants.

Références:

Matthieu Eveillard. Portage du staphylococcus aureus et facteurs de risques.

Aymeric Bayle. Évaluation du risque sanitaire lié au rejet de bactéries pathogènes dans le milieu marin.

Lisa RW Plano et al. Shedding of Staphylococcus aureus and methicillin-resistant Staphylococcus aureus from adult and pediatric bathers in marine waters. http://www.biomedcentral.com/1471-2180/11/5

Calderon R, Mood E, Dufour A. Health effects of swimmers and non-point sources of contaminated waters. Int J Environ Health Res. 1991;1:21–31.

Kelly D. Goodwin. A multi-beach study of Staphylococcus aureus, MRSA, and enterococci in seawater and beach sand. Water Res. 2012 Sep 1;46(13):4195-207.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :