Publié par : Sibylline | juillet 30, 2013

Le requin réunionnais est un requin psychopathe !

L’actualité vue et dessinée par notre lecteur-dessinateur Claude Barateau

L’actualité vue et dessinée par notre lecteur-dessinateur Claude Barateau

30 Juillet 2013 (L. Biausque). Un pêcheur sous-marin écrit sur un post Facebook : « Bonjour, je suis chasseur sous-marin depuis plus de dix ans autour de Nosy be, nous avons pas mal de requins que nous croisons pratiquement à chaque plongée, à ce jour nous n’avons jamais eu de problèmes, même avec les bouledogues… Comment cela se fait il ? »

Sur le même site, je lis ce communiqué de l’association OPR (Océan Prévention Réunion) : « Je peux t’assurer que nous faisons tout notre possible… Mais la situation est tellement dramatique avec plusieurs milliers de requins dangereux qui arpentent nos côtes. Imagine que tout le monde se mette à rentrer dans l’eau, combien de temps crois-tu que l’on tiendrait sans une nouvelle attaque ?… »

Je ne suis pas scientifique, ni spécialiste de la faune marine, juste une usagère passionnée de la mer depuis ma petite enfance, et ma logique pragmatique me fait tirer les conclusions ou hypothèses suivantes :

1. Le requin réunionnais est un requin endémique dont la caractéristique première et inédite est d’être psychopathe. Celui-ci, pendant des millénaires, se contentait de faire son boulot, celui de nettoyeur des mers s’attaquant aux charognes ou animaux blessés ou faibles.

Il a connu une évolution certaine depuis quelques années, peut être au contact d’une substance stimulante pour leur cerveau primitif qui aurait été déversée par nos chères ravines et qui aurait fait d’eux, tels les singes dans  » La planète des singes », des êtres conscients de la malfaisance de l’humanité sur leur milieu naturel.

Le requin réunionnais s’attaque donc désormais à tout être humain qui aurait l’audace de mettre un pied dans leur domaine réservé : la mer.

Ça fait peur ! Mais c’est ce qui ressort des écrits et « coups de gueule » que je peux lire et entendre régulièrement et notamment sur le site sus-nommé.

Bon, en fait, nou lé pas couillon !

2. Le requin réunionnais n’existe pas puisque le requin est nomade. Il ne devient dangereux que quand il arrive sur nos côtes. Donc, il devient dangereux parce qu’il devient fou en arrivant en France ? Il devient dangereux pour l’homme parce qu’il chasse dans des conditions environnementales anormales et que ses repères l’amènent à commettre des erreurs sur le choix de ses proies.

Il serait sage (mais la sagesse n’est semble-t-il plus une notion à la mode !) de se poser cette question et d’étudier les vraies responsabilités quant au comportement anormal des requins. La responsabilité de l’Etat est de se poser les vraies questions et d’y remédier. De reconnaître qu’il n’a rien fait depuis des années ne l’empêche pas d’agir désormais dans le bon sens ! De s’attaquer aux vraies causes que sont la pollution, le déversement des déchets directement dans la mer créant ainsi des sites notoirement connus par les Réunionnais (mais hélas pas des touristes) comme dangereux.

Qu’inverser la tendance sera longue et coûteuse, mais indispensable et qu’en attendant, les mesures qui doivent être prises dans l’urgence ne consistent pas à sonner l’hallali sur 90 pauvres requins qui ne sont coupables de rien et qui sont la goutte d’eau des « milliers de leurs congénères qui infestent nos côtes ! », selon OPR (Océan prévention Réunion).

Que terroriser les gens dans un premier temps en leur interdisant tout accès à la mer, puis leur laisser faire n’importe quoi en les rassurant une fois 90 cadavres de requins exposés sur la place publique est totalement irresponsable.

Il faut bien entendu identifier les coins à risques dans un premier temps et les indiquer avec des panneaux bien visibles. Ceux qui ont eu la chance de voyager en Australie ont dû se sentir éminemment frustrés comme moi en regardant ces kilomètres de plages idylliques totalement désertes mais sur lesquelles on peut lire des pancartes « Danger ! Requins ».

C’est efficace, je peux vous assurer, mais nécessaire. D’autre part, émettre des communiqués quotidiens sur la qualité de l’eau et les répercussions sur la dangerosité de fréquentation : « turbidité après forte pluies, etc. » En un mot : informer et éduquer !

Arrêtons de prendre les Réunionnais pour des imbéciles ! Ce n’est pas parce que la majorité est silencieuse qu’il faut l’écarter des décisions ! Nous sommes nombreux à penser que le requin a toute sa place dans l’écosystème et que le massacre n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois destiné à calmer les esprits !

Il y aura toujours quelques irresponsables pour braver les éléments et les consignes de sécurité, on ne peut rien contre ceux-ci ! Mais la plupart ne mettront pas spontanément leur vie en danger si les risques sont expliqués et signalés !

Je reste persuadée que nous pouvons encore nous baigner en toute quiétude lorsque les conditions favorables sont réunies et que le requin psychopathe n’existe que dans l’imagination de certains.

Source

Ndlr Sibylline : Risque requin: « Ces associations qui profitent du crime » (quelques précisions sur Océan Prévention Réunion et Prévention Risque Requin)

Viennent-ils évangéliser par chez nous (Sud Aquitaine) grâce à Mister Président FFS ou histoire de se faire payer leurs vacances en métropole ? Ou les deux ?

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :