Publié par : Sibylline | juillet 17, 2013

Le grand requin blanc fait le plein avant la migration

Photo :  iStockphoto

Photo : iStockphoto

Mercredi 17 Juillet 2013. Le grand requin blanc emmagasine des graisses avant de se lancer dans sa migration, ont découvert des biologistes américains.

Plusieurs espèces animales s’appuient sur des réserves de gras accumulées avant leur grand voyage annuel pour le réussir.

Par exemple, chez les oiseaux qui migrent sur de longues distances, l’accumulation d’énergie entraîne un doublement du poids.

Le chercheur Gen Del Raye et ses collègues de l’Université de Stanford ont montré que le même phénomène d’entreposage des lipides existe aussi chez le requin blanc, considéré comme le plus gros poisson prédateur de la planète.

Le Carcharodon carcharias peut en effet atteindre 5 mètres de long et peser plus de 1,3 tonne. Espèce protégée, il se trouve dans toutes les mers tempérées.

L’équipe américaine a observé le stockage d’énergie chez les requins blancs du Pacifique oriental, en analysant les modifications dans la flottabilité de l’animal au cours de migrations sur de longues distances (4000 km).

Les requins ne sont pas des poissons comme les autres, puisqu’ils ne possèdent pas de vessie natatoire pour contrôler leur flottabilité. Ce rôle est joué par le foie de l’animal, qui peut représenter 28 % du poids total du corps et qui constitue une énorme réserve d’énergie.

Par exemple, un foie de requin blanc de 456 kg contenant 400 litres d’huile peut fournir 50 kg de poussée, assez pour neutraliser le poids du requin dans l’eau.

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Proceedings B de la Société royale britannique ont ainsi fait l’hypothèse que le métabolisme des réserves lipidiques du foie lors d’une migration prolongée peut être détectable dans les changements de flottabilité de l’animal.

Des capteurs électroniques ont été utilisés pour recueillir les données qui ont permis d’évaluer la flottabilité des requins, en mesurant les changements dans leur vitesse de plongée dérivante durant leur voyage.

Les résultats montrent que les requins blancs sont d’abord portés par des réserves importantes de lipides au début de la migration, mais qu’ils perdent progressivement cette flottabilité au fur et à mesure que leurs réserves énergétiques sont consommées.

Le saviez-vous ?

Les lipides sont généralement les molécules de stockage privilégiées, en raison de leur haute densité énergétique et parce qu’elles peuvent être synthétisées à partir de n’importe quel type de nourriture ingérée.

Réf. : Travelling light : white sharks (Carcharodon carcharias) rely on body lipid stores to power ocean-basin scale migration

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :