Publié par : Sibylline | juin 13, 2013

Après la charte, une certification pour l’approche des baleines (île de la Réunion)

Jeudi 13 Juin 2013 (Ludovic Grondin). La charte d’approche des baleines ne suffit plus. Les institutionnels et associations en charge des activités maritimes en conviennent et lancent dès cette année un tout nouveau dispositif sous la forme d’une certification intitulée O2CR pour « observation certifiée responsable des cétacés à la Réunion ».

Après la mise en place d’une Charte pour une approche et une observation responsables des baleines à bosse en 2009, les acteurs maritimes et d’écologie marine en viennent à encadrer encore un peu plus l’ensemble des professionnels qui surfent sur l’observation des baleines.

D’année en année, le constat plaide en faveur de ce renforcement. Alors que la fréquentation des cétacés se comptait par dizaines de spécimens chaque année avant 2008, une centaine a été comptabilisée la saison dernière. A côté de cela, l’appétit des professionnels en tous genres (plongée, tourisme, simple plaisancier) pour approcher d’encore plus près les mammifères marins n’a fait que s’amplifier. « Les comportements à risque sont toujours constatés, entre embarcations qui ne respectent pas la distance, qui ne sont pas toutes du même côté par rapport au cétacé ou qui leur coupent la trajectoire », constate Laurent Mouysset de Globice. Il fallait agir.

Ndlr Sibylline : il est étonnant de lire le choix du vocabulaire pour dénoncer un « comportement à risque ». Quand les politicards donneront-ils les moyens aux forces de l’ordre de faire respecter la loi ? Les cétacés sont des animaux protégés or ce « comportement à risque » leur est fatal : mère et baleineau sont séparés par l’approche sauvage des embarcations à moteur qui foncent dessus dès qu’elles aperçoivent un animal… Le lendemain, il suffit de constater les dégâts par l’échouage des baleineaux, morts !

Autre info : « Stop au harcèlement des baleines et des dauphins » (île de la Réunion)

Le label « O2CR », pour « observation certifiée responsable des cétacés à la Réunion » devrait remédier au foisonnement incontrôlé des bateaux d’approche. L’objectif de cette certification est de n’exclure personne, expliquent les institutionnels. Dans les faits, dans les prochaines semaines, tous les professionnels et autres plaisanciers pourront, sur la base du volontariat (Ndlr Sibylline : autrement dit, on permet indirectement aux businessmen du tourisme de continuer de se comporter en faveur de la destruction de la biodiversité si bon leur semble ; rien de bien étonnant sur une île où l’on n’hésite pas à massacrer les squales pour faire plaisir aux surfeurs life-styleurs…), demander à ce que leur activité soit certifiée.

Leur dossier sera validé (ou pas) par un organisme certificateur sur la base d’une grille de 25 critères. Six critères environnementaux, 14 critères économiques et cinq critères sociaux. Le but de la démarche est d’inciter l’ensemble des professionnels ou plaisanciers pratiquant l’observation des baleines à intégrer cette question dans leur activité saisonnière. « Les premières certifications devraient être distribuées en septembre », espère Jean-Luc Hall, directeur adjoint de la Direction de la Mer Sud Océan Indien. Même si la saison de reproduction des cétacés près de nos côtes sera déjà bien entamée, « cette période de septembre à octobre reste le pic au niveau des observations », fait-il remarquer.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :