Publié par : Sibylline | juin 7, 2013

La Réunion : la pêche aux requins n’aura pas lieu

Vendredi 7 juin 2013 (AFP). Le tribunal administratif de Saint-Denis a suspendu vendredi l’arrêté du député-maire de Saint-Leu, Thierry Robert (MoDem), autorisant la pêche au requin sur le territoire maritime de sa commune, à la suite d’un recours déposé par trois associations écologistes, a-t-on appris auprès du tribunal.

« Le tribunal administratif a invalidé cet arrêté soulignant d’une part l’incompétence du député-maire de Saint-Leu pour déroger au régime de protection de la Réserve marine et d’autre part le caractère inapproprié et disproportionné de la mesure », se réjouissent les associations Longitude 181 nature, Sea Shepherd France et l’Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages et du patrimoine nature) dans un communiqué. Elles avaient demandé dans leur requête en référé, examinée le 22 mai, que l’arrêté soit suspendu en raison de ses « conséquences irréparables » sur la population de requins.

A la suite de l’attaque mortelle d’un surfeur par un requin le 9 mai, Thierry Robert avait publié le 14 mai un arrêté municipal invitant la population à effectuer des « prélèvements préventifs de requin bouledogue » sur le territoire maritime de la commune, jusqu’à 300 mètres du rivage. Il avait proposé de racheter 50 prises au prix de 7 euros/kilo. Un seul pêcheur s’était porté candidat.

« L’exécution de cet arrêté aura pour conséquence la destruction illégale des requins sans limitation en termes de durée ni en termes de nombre de requins détruits », avaient estimé les trois associations dans leur recours. « Si la rémunération proposée par la commune (…) se limite aux 50 premiers requins, rien n’exclut la poursuite de destructions au-delà de ce seuil », avaient-elles ajouté, jugeant que le préjudice serait « irréversible ». Ces « prélèvements illégaux seront effectués au sein des zones de protection intégrale et des zones de protection renforcée de la Réserve naturelle nationale marine de La Réunion », avaient-elles également plaidé.

L’objet de l’arrêté « n’est pas la pêche mais la sécurité des personnes. Le maire a une responsabilité sur ce point », avait répliqué Me Philippe Creissen, l’avocat de Thierry Robert. « Si on perd, cela voudra dire que personne n’est responsable des attaques de requins », avait-il ajouté.

Source


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :