Publié par : Sibylline | mai 24, 2013

Accident sur l’A63 : Capbreton, Hossegor et le Sivom veulent porter plainte (Landes)

Drapeau rouge hier sur la plage centrale de Capbreton. (photo xavier gès)

Drapeau rouge hier sur la plage centrale de Capbreton. (photo xavier gès)

24 Mai 2013 (Fabien Rabatel et Xavier Ges). Les communes ont appliqué le principe de précaution, en attendant les résultats de divers prélèvements.

Un drapeau rouge interdisant la baignade sur la plage centrale de Capbreton et sur les plages du lac – où la surveillance doit commencer samedi – : voilà qui n’est pas très gênant par les temps frisquets qui courent. Au nom du principe de précaution, et sans qu’aucune pollution n’ait été avérée, les arrêtés municipaux interdisent la baignade, les activités nautiques et la collecte de coquillages fouisseurs, jusqu’à nouvel ordre. Ou plus exactement jusqu’à ce que la batterie de tests effectués par différents services (Agence régionale de santé, Syndicat de rivières, ASF) n’indique si l’accident de camion, qui s’est produit le 18 mai dernier sur l’autoroute A 63, a eu ou non des effets polluants.

Rappelons que ce jour-là, un camion-citerne a déversé sur l’A 63, à Bénesse-Maremne, une partie des 25 000 litres du liquide qu’il transportait. Un produit analysé depuis comme étant de l’anglamol 99, lubrifiant utilisé comme additif pour boîte de vitesse, potentiellement irritant pour les yeux, les voies respiratoires et la peau, et pouvant être nocif pour les organismes et milieux aquatiques.

Les fortes pluies sur les barthes avoisinantes et le ruissellement font craindre que le liquide, via rigoles et canaux, n’ait atteint la rivière Bourret qui rejoint le port de Capbreton par le Boudigau, ainsi que le lac d’Hossegor. Des reconnaissances aériennes avec hélicoptère de la gendarmerie et patrouilles terrestres n’ont pour l’heure rien permis de détecter. Il faut attendre les résultats plus poussés des analyses en laboratoire.

Hier, en tout cas, le président du Sivom Côte sud, Jean-Pierre Dufau, ainsi que les communes de Capbreton et Hossegor envisageaient de déposer plainte contre le transporteur et la société d’autoroute. Sur le plan judiciaire, l’enquête se poursuit, menée par le peloton de gendarmerie de Castets afin de déterminer notamment dans quelles conditions cette matière dangereuse était transportée. Du côté du parquet de Dax, deux procédures sont en cours : l’une classique concernant l’accident de la circulation en lui-même. L’autre a trait à la pollution, mais elle prendra sans doute du temps, soumise aux résultats de l’enquête administrative sous l’égide de la préfecture.

Petite anecdote optimiste : un agriculteur dont un champ jouxte les lieux de l’accident y a aperçu des escargots qui avaient l’air en très bonne forme. Espérons que ces bêtes à cornes soient de bonnes vigies !

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :