Publié par : Sibylline | août 13, 2012

La face cachée des morsures de requins (île de la Réunion)

A la Réunion depuis deux ans, les surfeurs (et les journalistes) font beaucoup de mal aux requins

Lundi 13 août 2012. Mais que se passe-t-il donc à la Réunion ? Des monstres sanguinaires surgissent des profondeurs, et happent la vie d’innocentes victimes ? Holà, on ne se laissera pas faire, sus aux monstres prêts à égorger nos fils et nos compagnes !

Bon, ça c’est le pain blanc des journalistes, pour qui flatter la peur ou titiller le fantasmatique a toujours fait vendre du papier. Mais qu’en est-il vraiment ?

Depuis deux ans, rien ne va plus à la Réunion, car la côte ouest est touchée. Celle des belles plages, des surfeurs bronzés, du buziness de la pêche au gros et des touristes en goguette. On a eu 9 événements dont 7 à l’ouest, de bénins à mortels, en deux ans. Ah oui, ça frappe ! C’est qu’on n’avait rien eu avant, vous comprenez.

Est-ce bien sûr ? Avant, pour promouvoir le tourisme, les attaques à l’ouest n’ont officiellement jamais existé. Il y a bien eu quelques corps disparus en mer, mais noyés très certainement, défendu d’évoquer autre chose. Cependant et même si on se cantonne aux chiffres officiels, les experts statisticiens qui doivent juger de l’augmentation de fréquence d’événements somme toute assez rares, bottent en touche pour affirmer quoi que ce soit sur la durée.

Oui mais quand même, cette bête malfaisante attaque à présent sans raison ! Enfin, voyons plutôt ça de près… Les situations à risque majorées d’accident, on les connaît : la présence de sang attire les squales, et ces chasseurs-charognards tel le requin bouledogue adorent quand l’eau est trouble. Dotés d’une excellente vue, cette situation, comme celle du lever et du coucher du jour où la visibilité diminue, leur donne un net avantage sur leur proie, et ils y affectionnent d’y chasser. Il y a bien aussi un risque d’erreur par confusion, mais bon c’est pas trop grave car ces requins sont capables de digérer à peu près n’importe quoi.

Alors quoi, il suffirait de sortir de l’eau si on saigne (ou si on fait saigner du poisson), et ne pas se mettre à l’eau quand elle est trouble ? C’est là que ça se complique.

Parlons à présent un peu de ce beau sport qu’est le surf. Cette communion avec la vague, chevaucher la puissance de l’océan, cette glisse extraordinaire,… trop bon, vraiment. A tel point que ça peut devenir une passion et même une addiction, on devient accro, et prêt à beaucoup sacrifier pour y aller, quand la vague est belle. Et là, justement quand la vague est belle, on s’en fout des signaux, on y va. Les accidents, c’est pour les autres, et de toutes façons ça n’arrive pratiquement pas. Alors, ne ratons pas la belle vague ! A part la rareté de ces belles vagues, un problème en surf, ce sont les autres surfeurs. Il n’y en a qu’un qui peut partir à chaque vague. Alors comme on est de plus en plus nombreux à attendre, on va davantage là où on n’allait pas avant. Des spots pas trop clairs, des heures pas trop sûres, des eaux franchement troubles. Et comme tous les addicts, on est un peu menteur et beaucoup irresponsable, s’il nous arrive une merde, ce n’est pas de notre faute, c’est celle des autres. N’importe quel autre. L’élevage de poissons, la ferme à tortues, la réserve marine, le préfet, le maire de la commune… Assasins, tous assassins !!

Sérieusement. En février 2011, le Marseillais qui a perdu une jambe, il ne débarquait pas de l’avion comme vous pouvez le lire partout, il surfait du matin au soir depuis une semaine. Lors de l’accident, l’eau était trouble à Perroquet, et c’était presque la nuit. Puis celui qui est mort à Petit Boucan en juin, nuit tombante et fortes pluies rendaient l’eau marron. Le jeune qui s’est fait détruire sa planche aux Roches Noires en juillet, cela faisait deux jours que les maîtres nageurs lui intimaient de sortir de l’eau tant elle était trouble. Coup de tonnerre en septembre, un prof de surf apprécié se fait déchiqueter devant ses copains sur la plage de Boucan Canot. Oui, mais grosses vagues, eau laiteuse tellement elle était trouble. Il connaissait son affaire, mais prenait des risques pour sa passion, comme d’autres. Moins claire, l’affaire du kayakiste “innocent” d’octobre. En fait il aurait été en train de remonter du poisson, le requin suivant la ligne serait monté sur son kayak en même temps que son poisson. D’accord il ne le raconte pas comme ça, car il était dans la réserve, mais ce n’est pas un secret pour les habitués (d’ailleurs c’est rigolo quand il est tombé à l’eau le requin s’est sauvé vite fait, quelle terreur celui-là). Je mets l’apnéiste de novembre dans le même sac ; il chassait, avait du poisson blessé, et il ne s’en défend pas. Alors messieurs les journalistes, pourquoi ne le dites-vous pas ? En mars 2012, un accident à l’est, spot beaucoup moins fréquenté à cause d’eaux toujours réputées dangereuses, curieusement pas de témoins pas d’égratignures, bon ok on est déjà en pleine psychose, alors on alimente. Le mois dernier, en juillet, spot de Trois Bassins, c’est dans la “reforme” que cela s’est passé, c’est à dire dans les bulles quasi permanentes par grosse houle, qui tapissent la mer après la cassure des vagues, que la victime reçoit une morsure mortelle, autant dire encore zéro visibilité pour le squale. Enfin aujourd’hui 5 Août, à Saint Leu, c’est à la tombée de la nuit à 17h30 (c’est l’hiver à la Réunion) qu’un surfeur y laisse une main. Ca devait arriver puisqu’encore maintenant quand la “gauche” de Saint Leu est belle, les surfeurs restent couramment sur ce spot bien après le coucher du soleil. Se croient-ils protégés par les déclarations tonitruantes de leur maire ?

Il faudrait déjà redresser le langage. Il s’agit à chaque fois d’accidents, regrettables et souvent dramatiques certes, mais pas d’attaques. Sinon, le requin nous attaquerait en eaux claires, et on serait tous morts. C’est comme cette fable selon laquelle un surfeur ressemblerait à une tortue… Une tortue ressemble encore plus à une tortue, non ? Pourtant, de Saint Leu au Cap la Houssaye (la zone ouest de la Réunion), chaque plongeur ou nageur régulier reconnait régulièrement sa petite tortue habituelle, sédentaire et toujours vivante. La réalité est plus simple, le requin est craintif (rares sont les plongeurs, même professionnels, à en avoir vu à la Réunion), et quand il a mordu, les conditions étaient telles qu’il n’a pas pu voir ce qu’il mordait.

On tente à grands frais de marquer ces animaux pour mieux les connaître, mais quand fera-t’on une étude comportementale des surfeurs ? Au lieu de ça et pour récupérer de l’argent, la ligue de surf prend la population en otage en intimant aux maires d’interdire la baignade en mer, alors que jamais un nageur n’a été inquiété. Et les pêcheurs, aidés de maires populistes, font pression pour obtenir l’autorisation de pêcher nuit et jour, c’est à dire sans contrôle, dans la réserve marine, en “surfant” sur l’émotion entretenue par les journalistes.Tout ce petit monde s’intitulant “amoureux de la mer”, voudrait à présent pouvoir tout sortir de l’eau, annihilant les efforts des écologistes et des scientifiques, afin de pouvoir surfer tout le temps et par toutes les conditions, ou à défaut gagner un petit peu de monnaie.

Les requins sont des fossiles vivants, présents sur cette terre depuis bien plus longtemps que nous, témoins et victimes de l’avènement de notre puissance . Mais nous avons la capacité de nous adapter. Alors, oui, il est possible de cohabiter, en respectant les règles de prudence. Il faut arrêter de détruire notre monde.

Compte-rendu mission requins île de la Réunion

Pour agir, c’est ici : Save Our Sharks La Réunion ou là (pétition) : Stoppez le massacre des requins de la Réunion

Source

MAJ 09.07.2013 : Suite à des victimes de morsures de requins, la réaction des autorités a été de décider d’une chasse « scientifique ». Plusieurs actions ont été menées pour la contrer, sans succès. Le maire de Saint-Leu a fait appel de la décision du Tribunal Administratif s’opposant à l’arrêté d’un nouveau massacre. Eradiquer des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire océanique revient à fragiliser davantage l’écosystème. 3 requins meurent chaque seconde avec une diminution drastique des populations. Prendre une mesure inadaptée sous le prétexte fallacieux de la science, tout en faisant croire que l’on préserve les usagers de l’océan, n’a d’autre dessein que de fragiliser davantage le statut d’un animal voué à disparaître. Nous soupçonnons les autorités de prendre des mesurettes afin de masquer le vrai problème : la pollution de l’île et les eaux troubles qu’elle génère, milieu qu’affectionnent les requins bouledogue, une des deux espèces incriminées dans les derniers accidents (la deuxième est le requin tigre). Le risque « requins » se gère pour peu que l’on considère l’océan comme un milieu à risques et non un terrain de jeu. Pour cette raison, nous lançons l’opération « Dance with sharks » qui va consister à envoyer deux femmes de l’association Sibylline – Faune marine, plonger au milieu des requins tigre et bouledogue, sur le principe déjà expérimenté avec succès par les Shark Angels (cf. Reportage Julie Andersen et les requins). L’opération sera filmée par une équipe de professionnels et traduite en anglais et en espagnol afin d’obtenir la plus large diffusion possible auprès des médias, permettant ainsi de démontrer l’ineptie des opérations de destruction. Pour cela, nous avons besoin de votre mobilisation pour la récolte de fonds (indiquer le nom de l’opération dans les commentaires). Merci pour votre soutien !

Faire un don

Petite bombe en date du 23 Juillet 2013 : Selon une note interne de la mairie de St-Paul, H. Bello et l’Etat auraient volontairement minimisé le risque requin dès 2008 (île de la Réunion)

MAJ 28.07.2013 : Episode fin du mois de juillet du feuilleton “requins île de la Réunion”

MAJ 25.08.2013 : Les élus écolos cofinancent la destruction des requins sur l’île de la Réunion

SOS du côté des baleines

Video-game

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :