Publié par : Sibylline | avril 28, 2011

L’industrie du pétrole n’est pas prête en cas de catastrophe (Québec, Canada)

©Shutterstock/Agence QMI

28/04/2011. L’industrie pétrolière offshore de Terre-Neuve-et-Labrador n’est pas préparée à faire face à une fuite importante de pétrole, selon un rapport publié jeudi.

La province a commandé le rapport, préparé par Mark Turner, un spécialiste de la mer, dans la foulée de la fuite de pétrole dans le golfe du Mexique en avril 2010, une marée noire qui continue à causer des dégâts aujourd’hui.

Louant les brillantes performances de la province en matière de sécurité dans cette industrie, le rapport pointe l’absence de plan pour prévenir, ou nettoyer un désastre important.

«Actuellement, un plan de secours est prévu dans l’éventualité d’une fuite, mais ce plan n’inclut pas tous les problèmes qui jailliraient en cas d’une fuite catastrophique», a écrit M. Turner.

Le spécialiste fait 25 recommandations aux agences gouvernementales pour éviter ou gérer une marée noire.

Parmi ces recommandations figure le brûlage du pétrole en cas de fuite. M. Turner propose que l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers (OCTNLH), qui s’occupe de la sécurité dans cette industrie, soit plus transparent et davantage responsable, en lui accordant des fonds supplémentaires. Il propose aussi de recourir à des organisations indépendantes pour entendre les compagnies pétrolières.

Le rapport suggère aussi de renforcer et d’étendre les normes de sécurité déjà existantes.

«Nous remercions le capitaine Turner pour son travail. Nous allons étudier le rapport et consulter les parties responsables pour nous assurer que toutes ses recommandations seront examinées», a indiqué le ministre des Ressources nationales, Shawn Skinner.

Source

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :